L’ONU rend hommage à Wangari Maathai, prix nobel de la Paix décédée dimanche 26 septembre 2011

Les Nations Unies ont rendu hommage lundi à Wangari Maathai, lauréate du prix Nobel de la paix et fondatrice du « Mouvement de la ceinture verte », qui est morte dimanche à Nairobi au Kenya à l’âge de 71 ans.

Elle était l’une des plus importantes militantes pour l’environnement, reconnue au niveau international pour son engagement en faveur de la démocratie, les droits de l’homme et la conservation, a noté le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) dans un communiqué de presse.

Mme Maathai avait le fondé le Mouvement de la ceinture verte en 1977 pour encourager les femmes dans les zones rurales au Kenya à planter des arbres pour améliorer leur niveau de vie en assurant l’accès à l’eau potable, au bois à brûler et autres ressources. Depuis, le mouvement a planté plus de 30 millions d’arbres pour contrer la déforestation en Afrique et assisté presque 900.000 femmes à établir trois centres de maternité.

« Sa disparition prématurée est une grande perte pour tous ceux qui l’ont connue en tant que mère, collègue, et modèle ou encore pour ceux qui admiraient sa détermination à rendre le monde plus pacifique, plus sain et plus vivable pour tous, » a déclaré le Mouvement de la ceinture verte sur son site internet.

Le Comité du prix Nobel a reconnu l’engagement de Wangari Maathai en faveur du développement durable et de l’autonomisation des femmes en lui décernant le prix Nobel de la paix en 2004. Le jury du prix Nobel avait alors motivé son choix en louant l’engagement de Mme Maathai « pour le développement social, économique et culturel écologiquement viable au Kenya et en Afrique. »

Mme Maathai avait inspiré la campagne du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) pour un milliard d’arbres, lancée en 2006 qui a inspiré des milliers de personnes à travers le monde à planter des arbres au bénéfice de leurs communautés. À ce jour, plus de 11 milliards d’arbres ont été plantés dans le cadre de cette campagne.

« Wangari Maathai était une véritable force de la nature. Alors que certains ont passé toute leur de vie et leur énergie à endommager, dégrader et extraire des profits à court terme des sols de notre planète, elle a utilisé la sienne pour mobiliser les communautés et pour plaider en faveur de la conservation et du développement durable, » a déclaré le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

M. Steiner a comparé Mme Maathai aux acacias et aux Prunus Africana qu’elle passé sa vie à défendre avec force et noblesse, avec son caractère fort et sa capacité à survivre, parfois, dans les pires conditions.

« Le PNUE a perdu une véritable amie et une icône du mouvement environnemental, mais son travail et sa vision vivront éternellement au travers des millions de personnes, jeunes et vieux, qui ont été touchés par sa voix », a conclu le Directeur exécutif du PNUE.

En 2009, l’engagement de Mme Maathai pour les droits de l’homme et la démocratie ont conduit le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à la nommer Messager de la paix des Nations Unies.

Née en 1940, près de Nyeri, dans les hauts plateaux du centre du Kenya, Wangari Maathai a étudié au Kenya et aux Etats-Unis, où elle a obtenu un baccalauréat du Mt. St. Scholastica College et une maîtrise de l’Université de Pittsburgh. Elle a été la première femme d’Afrique centrale et orientale à posséder un doctorat, qu’elle a obtenu de l’Université de Nairobi en 1971. En décembre 2002, le Professeur Maathai avait été élue au parlement kenyan en tant que Ministre adjointe de l’environnement et des ressources naturelles.

Lire aussi : « Mama Miti » est morte