L’ONU prolonge le mandat de l’organisation pour un référendum au Sahara occidental

Dans une résolution votée à l’unanimité, le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé mercredi de proroger, pour un an jusqu’au 30 avril 2012, le mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), faute d’accord de paix entre le Maroc et le Front Polisario et en raison du maintien du statu quo qui dure depuis 20 ans dans le territoire.

Les membres du Conseil ont réaffirmé « le besoin de respecter pleinement les accords militaires concluent avec la MINURSO, notamment le cessez-le-feu ». Ils ont aussi appelé les parties à « continuer de montrer une volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue dans le but d’entrer dans une phase de négociations plus intensive et substantielle ».

Ils ont exhorté les Etats Membres « à fournir des contributions volontaires afin de financer les mesures de consolidation de confiance qui permettent d’augmenter les contacts entre les familles séparées par le conflit » depuis des décennies. Cela consiste notamment à autoriser les visites des familles dans les zones enclavées à cause du conflit.
Dans un rapport publié la semaine dernière, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon s’inquiète du manque d’avancée dans les négociations de paix sur le Sahara occidental. Selon lui, après quatre années et 10 séries de réunions entre les parties, le processus de négociation « reste dans l’impasse ».
« Aucune des parties n’a accepté la proposition de l’autre en tant que seule base de négociation et aucune n’a pris à ce jour des mesures qui indiqueraient qu’elle est disposée à avancer sur la voie d’un compromis acceptable », souligne le Chef de l’ONU dans ce rapport.
Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental fait l’objet depuis 1976 d’un différend entre le Maroc et le Front Polisario. Le Maroc a présenté un plan pour l’autonomie du Sahara occidental. La position du Front Polisario est en revanche que le statut final du territoire doit être décidé lors d’un référendum incluant l’indépendance comme option.