L’OMS veut améliorer la communication médicale entre le Nord et le Sud

 » Health Inter Network  » vise à diffuser plus largement et rapidement les résultats de la recherche scientifique entre les spécialistes des cinq continents.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), institution spécialisée de l’ONU, s’est jointe mardi à plusieurs fondations et organisations privées en vue de développer son  » Health Inter Network  » (réseau pour la santé via l’Internet). La nouvelle structure virtuelle permettra d’accélérer les échanges d’informations sur la santé (statistiques, épidémiologiques, etc.) entre les chercheurs disséminés dans les pays où l’accès à l’Internet est difficile et leurs confrères du Nord.

Les spécialistes pourront également faire circuler plus facilement leurs communications d’ordre directement scientifique, chacun dans leurs spécialités. L’Afrique est au nombre des régions concernées, au côté de l’Asie centrale et de l’Europe de l’Est. Selon les prévisions, une quarantaine de pays pourraient adhérer au projet d’ici à la fin de sa seconde année. Les partenaires de l’opération sont, outre l’OMS, la Fondation George Soros – du nom du milliardaire philanthrope d’origine hongroise – et son prolongement, l’Institut pour une société ouverte (ISO), ainsi que les fournisseurs de données ISI et Silverplate.

Une des quatre priorités

La directrice générale de l’OMS, la Norvégienne Gro Harlem Brundtland, exprimait mardi l’espoir que  » si les chercheurs et les scientifiques peuvent lire les mêmes revues, accéder aux mêmes bases de données, adhérer aux mêmes groupes de discussion, recevoir les mêmes subventions que leurs collègues des pays les plus riches, ils pourraient renforcer leur propre recherche, la porter au sein de la communauté scientifique internationale et en améliorer la diffusion des résultats « .

La recherche médicale spécifique aux maladies affectant les pays pauvres est l’une des quatre priorités affichées de l’OMS pour les années à venir. Elle a été confirmée lors d’un symposium à Amsterdam le 23 novembre dernier.

Retrouvez ici notre article sur la mise en réseau des Instituts Pasteur