L’oeuvre de Cheikh Anta Diop restituée par son fils aîné

Cheikh Mbacké Diop, fils aîné du savant et homme politique sénégalais Cheikh Anta Diop, a estimé mardi à Dakar, que l’oeuvre littéraire et scientifique de son père est basée sur la restauration de la conscience historique de l’Africain et de l’homme noir.

S’exprimant lors d’une rencontre de réflexion organisée à
l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar sous l’égide l’Union
africaine (UA) et du gouvernement sénégalais à l’occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de la mort du brillant intellectuel attaché à la défense de la civilisation noire, l’universitaire Cheikh Mbacké Diop a rappelé que son père avait « déjà une conception globale de la culture africaine ».

Développant le thème « de la recherche historique à la
reconstruction de l’Afrique », il a noté que Cheikh Anta Diop a réussi à bâtir un argumentaire cohérent pour contredire certains auteurs français du XVIIIème siècle tels que Montesquieu, Voltaire qui ont établi, dans leurs oeuvres, un rapport subjectif entre la couleur de la peau d’un individu et son degré d’intelligence.

La renaissance africaine

« Cheikh Anta Diop était préoccupé par les travaux capables de déterminer la place juste de l’Afrique dans l’évolution de l’humanité », a souligné Cheikh Mbacké Diop, auteur de l’ouvrage « Cheikh Anta Diop, l’homme et l’oeuvre ».

Il a précisé que son père avait toujours insisté sur la
renaissance africaine comme un préalable dans le processus de réconciliation de l’humanité avec elle-même.

Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio et son homologue somalien, le docteur Abdullah Sheikh Ismail ont participé à cette rencontre de réflexion et d’hommage à Cheikh Anta Diop. Les deux ministres ont souhaité que les oeuvres de l’illustre disparu soient encore des repères pour la jeunesse
africaine.

Cette rencontre de deux jours précède un colloque international prévu dans la dernière décade du mois de mai prochain à Dakar sur le thème : « vingt ans après : l’héritage intellectuel et scientifique de Cheikh Anta Diop et les défis de la construction de l’Afrique au 21ème siècle ». Avant ce colloque international, Cheikh Anta Diop sera encore célébré le 30 mars 2006 à l’occasion de la Journée du Parrain organisée par l’Université de Dakar qui porte son nom.

Dans la soirée de ce mardi, le Théâtre national Daniel Sorano de Dakar abritera un concert de jazz avec la participation du grand jazzman africain-américain Randy Weston, ainsi que de musiciens sénégalais tels Baba Maal, Ouza, Didier Awadi, Ismaël Lô, Oumar Pène.

Intellectuel, chercheur et homme politique

Né en 1923, le Pr Cheikh Anta Diop a publié plusieurs oeuvres majeures dont « Nations nègres et Culture » en 1954, « l’Unité culturelle de l’Afrique noire » en 1959, « Parenté génétique de l’égyptien pharaonique et des langues négro-africaines » en 1977.

Chercheur, il a fondé en 1966 un laboratoire de datation des échantillons archéologiques par la méthode du radiocarbone, en collaboration technique avec le laboratoire de Gif-sur-Yvette du Commissariat à l’énergie atomique (France).

Comme homme politique et adversaire de l’ancien président Léopold Sédar Senghor, il a créé successivement trois formations politiques : le Bloc des masses sénégalaises (BMS) en 1961, le Front national sénégalais (FNS) en 1963 et le Rassemblement national démocratique (RND) en 1976.