L’investiture de Barack Obama à la une des journaux sud-africains

La Convention du Parti Démocrate américain, un événement historique qui s’est tenu à Denver et à l’issue duquel Barack Obama est devenu le premier Africain Américain investi par une formation politique pour briguer la présidence, a fait la une des journaux sud-africains.

Selon le Cape Times, le 45ème anniversaire du discours le plus mémorable de Martin Luther King a coïncidé jeudi avec un autre discours historique prononcé par Obama pour affirmer qu’il acceptait la décision du Parti Démocrate de l’investir comme candidat à la prochaine élection présidentielle.

« Le moment choisi pour la tenue de la Convention est-il, comme pourraient le suggérer les critiques d’Obama, une sorte de chorégraphie politique parfaitement interprétée, le nouveau show bien réglé d’une rock star candidat ? », s’est interrogé le journal.

Pour l’Argus, la fascination que le candidat du Parti Démocrate américain à la présidentielle, Barack Obama, exerce sur l’Afrique du Sud est révélatrice de l’absence de leadership dont souffre le pays. Il a ensuite noté qu’Obama est le leader que le monde « attendait ».

« Ce n’est qu’en vivant un rêve qu’on peut le réaliser, le rêve noble d’un pays dont les citoyens sont égaux et libres, dont chaque initiative vise à matérialiser davantage le rêve d’un pays uni et aspirant à l’instauration d’une société susceptible de permettre aux êtres humains de montrer ce qu’ils ont de meilleur ».

Par ailleurs, Politics Web a mis en exergue l’appel lancé par Hillary Clinton à ses supporters pour leur demander de s’unir derrière la candidature d’Obama, ponctuant son discours par une slogan choc : “Pas question, en aucune manière, pas de McCain !”. “Ce slogan pourrait bien s’appliquer à notre candidat à la présidentielle, Jacob Zuma, s’il persiste dans sa tentative d’accéder à la présidence en usant de moyens anticonstitutionnels.”

Dans une colonne du Mail and Guardian Michael Trapido note que la communauté africaine américaine jouera un rôle plus important dans la définition de l’avenir des Etats-Unis et saura tirer profit de ses brillantes réussites, qui deviennent de plus en plus nombreuses chaque jour.

« Si Barack Obama peut devenir président des Etats-Unis, alors y a-t-il encore des citadelles à prendre ? Quelle responsabilité ou quel poste serait hors de portée de cette communauté ? Les Africains Américains et les Sud-Africains peuvent-ils avoir un meilleur modèle que cet homme appelé à la présidence ? », a-t-il relevé.

Le Times pose la question : « Quelle serait l’importance d’une victoire d’Obama pour l’Amérique et le monde ? », répondant ensuite : “Très grande !”, avant de poursuivre qu’elle “va changer le cours de la politique américaine et de la politique mondiale pour des générations. L’Amérique et le monde ne seront jamais les mêmes. L’Obamania a marqué l’arrivée d’une nouvelle ère de la politique post- raciale et post-tribale. Elle démontre qu’il est possible de définir un nouveau projet politique inclusif qui transcendera les frontières raciales et ethniques ».