L’Internet sera bon marché à Tunis

Le gouvernement tunisien vient de décider de baisser le prix des connexions et des télécommunications Internet.

C’est par un communiqué rendu public vendredi 29 décembre 2000 par le Ministère des Communications tunisien que la bonne nouvelle est arrivée à tous les internautes du pays. En application de la décision annoncée par le Président Zine El Abidine Ben Ali lors de son discours du 13ème anniversaire du Changement, les tarifs de connexion à Internet et le coût des communications liées à l’utilisation du réseau vont baisser fortement à partir du 1er janvier 2001.

Il s’agit d’une des premières concrétisations de la volonté exprimée par le pouvoir d’ouvrir largement la Tunisie aux nouvelles technologies et de populariser leur usage. L’abonnement Internet familial passera de 21 dinars à 10 dinars mensuels et l’abonnement professionnel de 46 dinars à 20 dinars mensuels (1 dinar =0,19 FF).

Pour ce qui concerne les réseaux publics de télécommunication, les réseaux Publitel, les tarifs à la minute passent en journée à 20 millimes la minute contre 30 millimes jusque là et en heures creuses (à partir de 20h00, jusqu’à 7h00 du matin, ainsi que les dimanches) à 14 millimes la minute contre 20 millimes.

En outre les journalistes, fréquents utilisateurs d’Internet, puisque c’est désormais l’un de leurs premiers outils de travail, pourront bénéficier de 25% de réduction sur les 30 premières heures de connexion depuis leur ligne téléphonique personnelle.

Ultime mesure qui va dans le sens d’une utilisation plus large dans toutes les classes sociales, la réduction des tarifs des centres Publinet, dans lesquels le grand-public peut aller profiter de connexions Internet de bonne qualité, et à prix relativement bas. Le gouvernement tunisien se dit en effet hautement conscient de l’enjeu de développement que représente la familiarisation d’un nombre croissant de citoyens avec un moyen de communication dont l’essor constitue, dans beaucoup de pays du monde, un nouveau ressort de croissance.

Autant de mesures, en tous les cas, qui vont au-delà du symbole et donnent consistance à la volonté politique marquée par le chef de l’Etat. La Tunisie a tous les atouts, économiques, culturels, touristiques, pour devenir un Eldorado de la nouvelle économie. A condition qu’elle puisse y croire et qu’elle en accepte les règles. Il semble que ce soit chose faite.