L’information au service des entreprises

Madagascar a inauguré mercredi à Antananarivo le Centre d’information pour les entreprises. Une structure d’accueil dont le fonds documentaire est appelé à aider le secteur des PME/PMI à être plus performant.

Le Centre d’information pour les entreprises (Cipe) a été inauguré mercredi à Antananarivo en présence du ministre de l’Industrie, du Commerce et du Développement du secteur privé, Mejamirado Razafimihary. Ce sont les secteurs de l’agro-alimentaire, de l’artisanat, du bois et du textile, que veut toucher le Cipe. La structure est conçue comme un outil d’aide aux petites et moyennes entreprises et aux artisans. Son objectif est d’accueillir les professionnels et les opérateurs économiques pour leur fournir des informations pertinentes dans leur domaine d’activité. Nouveau carrefour de rencontres, et d’échanges, l’organisme promet de  » promouvoir le savoir-faire et de soutenir les innovations technologiques « .

Modernité tout azimut

Ce centre d’information et de documentation est une antenne décentralisée du Centre d’information technique et économique (Cite) à Ambatonakanga. Il répond à un besoin d’un service de proximité. Selon monsieur Ambroise, responsable du Cipe  » ce centre va donner aux artisans les moyens de connaître les techniques utilisées dans tel ou tel domaine de leurs activités, et donc d’être plus compétitifs « . La modernisation des techniques de production ainsi que le développement de partenariats commerciaux est à l’ordre du jour. Pour un agriculteur par exemple, ce serait  » Comment produire de la tomate en toutes saisons « . Ces techniques peu familières nécessitent un équipement plus lourd. Tous les mercredis, un agent conseiller de la Maison de l’entreprise (Mde) reçoit les entrepreneurs au Cipe sur rendez-vous.

Secteurs concernés

Le Cipe veut toucher le secteur primaire, essentiellement agricole (productions de café, vanille, cacao, girofle, poivre et cultures vivrières), qui emploie 85 % de la population active et contribue au PIB à hauteur de 30%. Le centre introduit les nouvelles technologies dans l’économie malgache et propose aux artisans d’améliorer leur rentabilisation. Pour ceux d’entre eux analphabètes, les nouvelles technologies restent toutefois un domaine tout à fait hermétique. Elles introduisent une nouvelle forme de discrimination. Et certains pourraient ne pas saisir toute l’utilité d’une telle structure.