L’incroyable Josepha

Elle a été distinguée au festival d’Avignon, au festival de Carthage, au festival international de théâtre de Québec…Bref, personne n’oserait mettre en question le talent de cette comédienne camerounaise. Seulement cette Josépha est des fois d’une de ces bêtises !

Peut-être vous êtes-vous déjà retrouvé dans cette situation embarrassante où un visage vaguement familier vous accoste, en claironnant gaiement votre prénom. Et au cas où vous douteriez encore des liens qui vous unissent, il vous demande par le menu votre sentiment sur des événements récents auxquels vous avez effectivement participé. Ce qu’il y a d’embarrassant là-dedans, c’est le sentiment, qui vous oppresse à mesure qu’il vous mitraille de références précises à vos activités, de l’insulter en ne le situant pas tout à fait dans vos annales personnelles, en ne sachant plus son nom.

Celle que je faillis ne pas replacer s’appelait Josépha. Auparavant, je l’avais vue deux fois en tout. La première fois, alors qu’elle interprétait sur les planches du CCF le rôle éponyme d’une pièce que j’avais écrite ; la seconde fois, tout aussi fortuitement, dans un espace culturel à Nlongkak (Petit Tam Tam). A ma décharge donc, c’est toujours sous des éclairages artificiels (la nuit) que sa beauté m’était apparue.

Sacrée Josépha ! Ce qu’on a pu raconter sur elle… Ses talents de comédienne ont toujours fait l’unanimité mais n’ont jamais eu, en raison sans doute de sa personnalité trouble, n’ont jamais eu la faveur des conversations de ses confrères, dans les milieux culturels du mboa. Si, comme l’affirmait Minguélé, son metteur en scène, Josépha a une plastique de rêve et une mémoire prodigieuse, elle n’en est pas moins d’une bêtise, mais alors crasse. C’est effarant ! Elle s’exprime clairement, avec grâce, mais Dieu qu’elle est bête ! Je vous jure, c’est à vous fendre l’âme. A côté, l’âne de Buridan ou, plus concrètement, mon ex Cathy, sont carrément des lumières.

C’est elle qui, à Petit Tam Tam, s’était mêlée de littérature et, au cours d’une haute conversation avec l’auteur des Aubes Ecarlates, où je disais tout le bien que je pense d’Oliver Twist, m’avait demandé avec une désarmante inconscience :

 Quel roman d’Oliver Twist préférez-vous, monsieur Eric ?

 Heu…ah ! Euh… ! Josépha, c’est bien ça… ? c’est bien vous ? A quand votre prochain spectacle ? Léonora, je te présente l’une de nos comédiennes émergentes. Plus qu’un espoir, c’est un talent confirmé.

Josépha est si affable que je ne connais pas un comédien de théâtre africain, un dramaturge, un producteur, qui, en plastronnant pour la galerie, ne se soit pas targué de se l’être faite. Forfanterie, gloriole et vanité que tout cela. Elle est en effet inapte à protéger un secret ou à jouer les rôles de sex friend ou deuxième bureau : si elle avait couché avec tous ces partenaires déclarés, c’est de sa propre bouche qu’on l’eût appris. C’est que Josépha aime les lumières, les projecteurs, l’avant-scène, la parole, bref son métier, quoi !

Pour lire la suite, achetez le livre sur cette page

Lire aussi : Chronique d’une exaspération : Saute, tu cales en l’air !