L’Ethiopie valorise son patrimoine historique

La XIVème Conférence d’études éthiopiennes a ouvert ses portes lundi dernier à Addis Abeba, au sein de l’Institut d’études éthiopiennes (IES). Elle reçoit plus de deux cent cinquante chercheurs jusqu’au 11 novembre.

L’Institut d’études éthiopiennes (IES), accueille jusqu’au 11 novembre la quatorzième Conférence d’études éthiopiennes. Cette dernière regroupe plus de deux cent cinquante chercheurs venus des quatre coins de la planète.

Cette conférence internationale et interdisciplinaire couvre de nombreux thèmes en lien avec l’Ethiopie : l’archéologie, l’histoire, la littérature, la philosophie… qui feront chacun l’objet d’études et de recherches.

L’objectif de cette quatorzième conférence est également de faire le point sur les différentes recherches conduites dans le cadre de l’IES durant les dernières décennies, et de prévoir les recherches pour les années à venir.

Publication d’une encyclopédie éthiopienne

La ministre de l’éducation, Genet Zewdie présente lors de l’ouverture de la conférence, a souligné le fait que de nombreux éléments du patrimoine éthiopien sont encore aux mains d’institutions étrangères ou privées. Elle espère, d’autre part, que le développement de nouvelles structures d’études, ainsi que le soutien du gouvernement permettront d’attirer sur le territoire de nombreux chercheurs.

Selon l’agence de presse éthiopienne, le directeur de l’IES, Professeur Baye Yimam espère que cette première conférence du millénaire sera une étape décisive dans le développement des savoirs concernant l’Ethiopie.

Parallèlement à cette conférence, une encyclopédie éthiopienne en cinq volumes sera prochainement publiée par l’Institut Afrique-Asie de l’université allemande de Hambourg. Le premier volume de  » l’Encyclopaedia Aethiopica  » devrait paraître en 2002, puis les quatre autres aux alentours de 2006.