L’état de la route, une cause non négligeable des accidents au Cameroun 

Les conducteurs se rabattent du côté de la chaussée le moins dégradé
Les conducteurs se rabattent du côté de la chaussée le moins dégradé

Selon les autorités en charge des questions routières au Cameroun, les accidents de la circulation ont des causes multiples. Et lorsqu’ils se produisent sur nos axes routiers, on enregistre toujours de nombreux blessés et morts. Ce qui fait que le nombre de handicapés, veufs, veuves et orphelins ne cesse de croître.

De l’avis des leaders des syndicats des transporteurs, il y a entre autres causes : la conduite en état d’ébriété, le mauvais état du véhicule, le manque de visite technique, l’état d’insomnie et la fatigue du conducteur, le non-respect du code et l’étroitesse de la route, le mauvais état de la route, qui semble être négligé. Apprend-on des usagers de la route, la chaussée ne se dégrade pas tout d’un coup.

Tout commence toujours par un nid de poule, qui prend des proportions inquiétantes, se transformant en « grand lac » sur la chaussée. A ce moment, les conducteurs dépensent assez d’énergie. Ils doivent de temps en temps se rabattre même du côté gauche de la chaussée, ce qui entraîne non seulement des pannes aux véhicules, mais également des collisions. Et la curiosité, c’est que tout se passe au vu et au su des autorités en charge (ministère des Travaux publics, les mairies, les communautés urbaines).

« A quoi sert l’argent collecté ? »

Les sacs remplis de sable remplacent les pavés et le goudron
Les sacs remplis de sable remplacent les pavés et le goudron

Selon le transporteur Roger Bissoué, « Le mauvais état de la route, l’une des causes des accidents de la circulation sur les routes camerounaises, semble être négligé. On pointe toujours du doigt les autres causes. Nos autorités empruntent toujours ces axes, ont toujours des informations sur l’état de dégradation de ces routes. Elles font des descentes inopinées dans les agences de voyages.

Des vérifications du véhicule

Une fois arrivée, elles passent à la vérification de l’état du véhicule, du niveau d’air dans les roues, de la boîte à pharmacie, de la ceinture de sécurité et les chauffeurs prêts à conduire à l’alcootest, infligent des pénalités aux agences qui exposent la vie des voyageurs. Mais pendant les périodes de grandes affluences (fêtes de fin d’année, de Pâques, compétitions de tous genres, funérailles, départ en vacances, rentrée scolaire,..) dans les agences de voyage, période à laquelle les tarifs augmentent, les autorités baissent la garde.

Faut-il attendre que le pire se produise, pour se placer devant les caméras des chaînes de télévision, et présenter les condoléances aux familles des victimes ? « L’eau qui sort de l’éléphant sert à le préparer ». Alors, à quoi sert l’argent collecté dans les différents points de paysage routier disséminés à travers le territoire national ? », a-t-il ajouté.