L’épidémie de Covid-19 au Sahara Occidental sujet de conflit entre le Maroc et l’Algérie

C’est le journal en ligne futurosahara qui porte l’accusation. Rapportant les dires des médias sahraouis, il explique que des bus venant du Maroc sont arrivés au sud du Sahara Occidental, dans la ville de Dakhla, amenant des colons touchés par le Covid-19. Coté marocain, ont affirme qu’il n’y a plus aucun cas de Covid-19 au Sahara Occidental alors que coté algérien, un hôpital de campagne a été mis à disposition des Sahraouis pour s’occuper des malades.

Ce serait une nouvelle forme de guerre menée par le pouvoir marocain contre la population sahraouie, dénoncent les journaux proches du Front Polisario. Ils accusent le Gouvernement de Mohammed VI d’avoir autorisé l’arrivée de colons venant de zones touchées par le nouveau Coronavirus, sans aucun respect des mesures sanitaires pourtant en vigueur sur l’ensemble du territoire marocain.

Trois cas importés ont déjà été comptabilisés au Sahara Occidental. Pour deux d’entre eux il s’agit de Marocains travaillant sur les bateaux de pêche côtiers venant dans le port de Dakhla, le troisième étant un citoyen marocain travaillant dans une unités de congélation de poisson du quartier industriel de la ville, avait annoncé, le 20 mai, la direction régionale de la santé (DRS). Les trois cas ont depuis été guéris et 1 277 cas suspects ont été testés avec des résultats négatifs, précise la même source. Ce qui signifierait donc qu’il n’y a plus de cas de Covid-19 au Sahara Occidental d’après le Maroc.

Pourtant, la propagation du nouveau Coronavirus a suscité une légitime source de préoccupation parmi les Sahraouis et les mouvements de défense des droits de l’Homme en raison de la faiblesse des infrastructures sanitaires dans les camps et de l’absence de mesures préventives.

C’est pourquoi, de son coté, l’Algérie a mis à la disposition du peuple sahraoui un hôpital de campagne « dans le cadre du raffermissement des efforts de solidarité et de la promotion des relations humaines et fraternelles entre les deux peuples algérien et sahraoui notamment, à l’ombre de la situation sanitaire actuelle relative à la propagation de l’épidémie du Coronavirus (Covid-19), et sur ordre de Monsieur le Président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire a chargé les Services de la santé militaire de mettre à la disposition du peuple sahraoui un hôpital de campagne afin d’assurer toutes les prestations et assistance médicales nécessaires tout au long de la pandémie que connaissent actuellement l’ensemble des pays du monde », indiquait début mai, le ministère algérien de la Défense nationale (MDN).,

Le Polisario a mis en garde contre la situation dans laquelle se trouvent des citoyens sahraouis dans différentes villes occupées et dans le sud du Maroc, en particulier ceux détenus dans les prisons marocaines à la lumière de l’éclatement de la pandémie et du manque de moyens de protection.

Pour autant, personne n’est capable aujourd’hui d’avoir une vision claire de la situation sanitaire au Sahara Occidental et, loin du conflit classique entre Maroc et Algérie sur la question de l’autonomie ou pas du territoire, cette absence de vision est un vrai problème pour la population locale.