L’Egypte veut redorer son blason auprès des touristes français

Après une chute de 40% en 2013 du tourisme en provenance de France, l’Egypte tente d’apporter des solutions pour attirer à nouveau cette clientèle.

Le « Printemps arabe » en 2010 et l’éviction du Président Mohamed Morsi » en juillet 2012 ont contribué au recul du tourisme en Egypte. Une destination d’Afrique du Nord pourtant prisée par les touristes, tout particulièrement ceux en provenance de l’hexagone. Ces différents évènements ont été une catastrophe pour les professionnels du tourisme égyptiens.

Seuls 191 689 touristes français se sont rendus dans le pays en 2013, contre près de 700 000 en 2010. En comparaison à 2012, c’est 40% de perte. Comme n’importe quel touriste, le touriste français veut être sûr de se sentir en sécurité lorsqu’il choisit une destination.

L’Egypte optimiste

Toutefois, le ministre égyptien du Tourisme, Hisham Zaazou, se veut optimiste. Il se donne six mois pour relancer la machine. Et pour cela, l’Egypte a décidé de casser les prix. Les autorités ont également l’intention de lancer une campagne promotionnelle de deux millions d’euros en France, d’installer des caméras livestream sur les sites de tourisme afin d’observer les rues. Par ailleurs, plusieurs personnalités seront conviées à Louxor telles que la Haute représentante de l’Union européenne, Catherine Ashton, le footballeur anglais Wayne Rooney ou encore l’animateur Stéphane Berne, explique le ministre, rapporte 20minutes.fr.

Les autorités en colère contre le Quai d’Orsay

L’instabilité et l’insécurité ont poussé les touristes à déserter le pays du Nil. D’ailleurs, le Quai d’Orsay déconseille ses ressortissants de se promener seul au Caire et à Alexandrie. Une position que ne comprend pas Hisham Zaazou. « Les touristes ne sont pas les cibles, c’est un conflit entre Egyptiens », a-t-il rappelé. D’ailleurs, un cabinet d’audit français a conclu en septembre dernier que « tous les dispositifs sont en place pour la sécurité des touristes en Egypte».

Le ministre du Tourisme n’est pas le seul a exprimé sa colère. La directrice du bureau du tourisme de l’ambassade d’Egypte à Paris, Nahed Rizk, s’est elle aussi indigné du comportement des agences de voyage. « Nous étions la poule aux œufs d’or et nous nous sommes faits jeter du jour au lendemain, c’est inadmissible », a-t-elle fustigé.

Bien que les autorités égyptiennes tentent de rassurer, les informations du Quai d’Orsay sont prises très au sérieux par une majorité de touristes français.