L’Egypte veut exporter du gaz

Le ministère du Pétrole et des Richesses naturelles de l’Egypte annonce le lancement d’un large programme pétrochimique qui vise à accroître ses exportations de gaz.

Déjà, en juin dernier, le ministre du Pétrole, Sameh Fahmi, avait fait savoir, à la presse égyptienne, sa volonté d’augmenter les exportations de gaz. Bientôt ce sera chose faite puisque le Ministre, a annoncé le lancement officiel, vendredi dernier, d’un vaste projet industriel pétrochimique, orchestré par l’ingénieur M. Ismail Karara.

D’un coût total estimé à 10 milliards de dollars, ce projet prévoit la construction, sur vingt ans en différentes phases, d’une quinzaine de sites industriels, dans trois régions égyptiennes : Alexandrie, Damiette (Delta) et au nord du Golfe de Suez. L’objectif affiché est d’atteindre une production de 15 millions de tonnes de produits pétrochimiques par an.

Selon les sources officielles, les réserves de gaz naturel sont passées de 36,5 à 120 trillions de m3, après la découverte d’importants gisements en mer Méditerranée. Ce qui représente l’équivalent de 73 à 240 milliards de dollars de réserves monétaires. Le gouvernement égyptien en possède 120 millions.

Gagner des parts de marché

Ce programme s’inscrit dans la stratégie de développement de la production de

gaz naturel, afin d’assurer les besoins locaux, mais surtout de gagner de nouvelles parts de marché. Les exportations ne pourront commencer qu’à l’horizon 2005. Celles-ci seraient estimées à 4 milliards de dollars par an.

L’Egypte a connu un lourd déficit de son secteur pétrochimique évalué à 260 milliards de dollars de sa balance commerciale pour l’exercice 98/99. L’exportation de produits dérivés et la vente du gaz naturel à ses partenaires étrangers semble aujourd’hui être la priorité du Ministère afin de rétablir l’équilibre de sa balance des paiements.