L’Égypte est l’un des champions mondiaux des réformes économiques, estime la Banque mondiale

La compétitivité internationale de l’Egypte progresse, grâce à la consolidation de son environnement économique et commercial de plus en plus favorable aux entreprises

Paris, Le Caire, 15 septembre 2009 — Deux rapports, du Forum économique mondial et de la Banque mondiale, publiés la semaine dernière, montrent que l’Égypte continue de renforcer sa position parmi les premières destinations mondiales pour l’externalisation et comme pays favorable à l’activité des entreprises.

Ces rapports soulignent que l’économie de l’Égypte ne cesse de se développer et devient de plus en plus compétitive, et que les entreprises nationales ou internationales peuvent désormais plus facilement s’y implanter.

L’Égypte est passée du 116ème au 106ème rang dans le classement du rapport Doing Business 2010 établi par la Banque mondiale et l’IFC. Elle le doit à ses réformes réglementaires, qui ont facilité la création et le fonctionnement des entreprises, précise le rapport.

L’Égypte a aussi bondi de onze places dans le Global Competitiveness Report 2009/2010 établi par le Forum économique mondial grâce à ses récents efforts de libéralisation. Elle est désormais 70ème, alors qu’elle occupait le 81ème rang en 2008/2009.

1. LA BANQUE MONDIALE ET L’IFC ONT NOTE QUE :

· L’Égypte est l’un des pays les plus actifs de sa région en matière de réformes, alors même que le rythme des réformes introduites par les gouvernements d’Afrique et du Moyen-Orient est similaire à celui constaté en Europe de l’Est ou en Asie centrale.

· L’an dernier, des réformes adoptées en Égypte ont facilité les créations d’entreprise, les demandes de permis de construire, l’obtention de crédits et la mise en application des contrats.

Le secteur des technologies de l’information et de la communication en Egypte a d’ailleurs enregistré l’une des croissances les plus fortes – 14,6 % en une seule année fiscale, de juin 2008 à juin 2009.

Plus de 10 groupes internationaux ont renforcé ou externalisé leurs activités en Egypte au cours des douze derniers mois et continuent à soutenir le développement de ce secteur par des investissements dans les infrastructures ou la formation.

2. LE FORUM ECONOMIQUE MONDIAL attribue la progression de l’Egypte dans son classement à l’amélioration de ses infrastructures dans toutes les catégories et à des évolutions positives concernant l’efficience du marché du travail.

Au cours des cinq dernières années, l’Égypte a mis en œuvre au moins dix-neuf réformes dans les domaines couverts par le rapport du Forum économique mondial. Celles-ci se traduisent notamment par :

· Une baisse de 32 % à 20 % du taux d’imposition des personnes physiques

· Une division par deux du taux d’imposition des entreprises, passé de 42 % à 20 %

· Une simplification des droits de douane.

« Ces deux rapports confirment les évolutions positives enregistrées par l’économie égyptienne, surtout dans le secteur des TIC où des multinationales comme IBM, CISCO, Google ou HSBC ont choisi d’utiliser la vaste palette d’avantages concurrentiels offerts par le pays, » a indiqué le docteur Hazem Abdelazim, Directeur général de l’Information Technology Industry Development Agency (ITIDA).