L’eau minérale infiltre l’Afrique

Les grands groupes de l’agro-alimentaire mondial commencent à racheter des eaux africaines. Si le mouvement n’est encore que naissant, il laisse présager des acquisitions plus importantes.

C’est l’or du XXIe siècle. L’or bleu. Toutes les études récentes concordent : les réserves d’eau s’amenuiseront cruellement dans les 25 années à venir. Depuis quelques années, Danone et Nestlé, les multinationales les plus puissantes dans le secteur des eaux embouteillées, rachètent de nombreuses sources. Et ce, dans le monde entier. Perrier, filiale de Nestlé, possède à elle seule la moitié du marché mondial. L’Afrique n’est pas en reste, car la croissance du marché est exceptionnelle dans certains pays.

Le marché des eaux embouteillées en Afrique du Sud connaît une croissance moyenne de 38% par an sur les huit dernières années. Mercredi 2 août, Nestlé a annoncé avoir racheté deux compagnies sud-africaines d’eaux minérales . Avec l’acquisition de Valvita et Schoonspruit, la compagnie suisse acquiert 30% du marché national. Nestlé prend ainsi pied en Afrique subsaharienne, trois ans après le rachat de l’eau égyptienne Baraka.

Bataille de titans

Interrogé par Afrik, Peter Amm, directeur général de Valvita se dit satisfait :  » Le rachat par Nestlé est une bonne chose. La marque Valvita sera conservée et il n’y aura aucun licenciement. La santé de Valvita était excellente au moment du rachat. Valvita est en deuxième position derrière Valpré. Nestlé donnera à Valvita la capacité de rivaliser avec d’autres marques comme Evian et Sanbenetta.  »

Nestlé aura pourtant fort à faire pour s’imposer sur le marché sud-africain. Valpré est une filiale de Appletiser SA (Pty), elle-même détenue à 100% par South African Breweries (SAB). SAB, cinquième brasseur au monde, est coté dans les 100 premières valeurs de la bourse de Londres. Voilà pourquoi Ari Mervis, directeur général d’Appletiser, joint par téléphone, reste confiant :  » Valpré ne recherchera pas les investissements de compagnies plus importantes « .

Sur un marché naissant mais en pleine expansion, la concurrence entre les producteurs d’eau minérale ressemblera à une bataille de titans.

Guerre de l’eau

Les marques de Nestlé et Valpré sont aussi en compétition à l’exportation. Valvita cherchera à renforcer ses positions en Angola, en Zambie, au Mozambique et au Malawi. De son côté, Valpré s’exporte dans ces pays, mais aussi au Botswana, au Lesotho, en Namibie et au Swaziland. Le coût du transport détermine en grande partie le prix d’une eau minérale. Les producteurs préfèrent acheter des sources à l’étranger pour rendre les prix accessibles. Nestlé suit cette stratégie dans d’autres pays en développement comme au Brésil, au Pakistan et en Chine avec l’eau de source Purelife.

La guerre de l’eau ne fait que débuter en Afrique. Elle pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour le consommateur. Un peu à l’image des récents événements au Kenya. Là, la sécheresse restreint considérablement l’accès à l’eau. Les compagnies privées en possession de sources font fortune. L’eau qu’ils vendent s’achète à prix d’or.