L’arrestation d’Afia Schwarzenegger réclamée !

Afia Schwarzenegger (22 oct 21)
Afia Schwarzenegger

Suite aux informations faisant état de l’arrestation du rappeur Medikal, pour avoir brandi une arme à feu sur les réseaux sociaux, les appels se sont intensifiés pour demander l’arrestation de la comédienne ghanéenne Afia Schwarzenegger, pour une infraction similaire. En avril dernier, la célébrité a menacé de tuer une ou des personnes non identifiées avec l’arme nouvellement acquise qu’elle prétendait appartenir par son mari.

Les stars du showbiz ghanéen ne sont plus dans la sérénité, après l’arrestation de Shatta Wale, pour avoir orchestré son «agression» et du rappeur Medikal, des appels ont été lancés pour que la comédienne ghanéenne Afia Schwarzenegger soit invitée par l’inspecteur général de la police à répondre également, pour plus de justice. Pendant ce temps, on ne sait pas si Medikal a été libéré après les informations faisant état de son arrestation, hier jeudi.

En avril de cette année, Afia Schwarzenegger avait menacé de tuer une ou des personnes non identifiées avec l’arme qu’elle prétendait nouvellement acquise par son mari. Cette séquence était contenue dans une vidéo publiée sur ses comptes de médias sociaux, notamment Instagram et Facebook. La femme se vantait de la façon dont elle est autorisée à tuer. Elle avait commencé par dire : «j’ai l’honneur de vous présenter mon nouveau meilleur ami. Son nom s’appelle Barbara, elle est très dangereuse. C’est un cadeau de mon mari».

La comédienne ghanéenne a mis en garde, de «ne pas plaisanter», soufflant de l’air dans la pointe du pistolet et ajoutant : «Barbara peut vous prendre la vie, donc ne vous aventurez pas à jour au plus malin avec moi». «Je suis autorisé à tuer et je ne t’épargnerai pas », a-t-elle menacé. De qui parlait-elle ? Rien n’est moins sûr. Sur le Toile, les gens insistent pour que la mère de trois enfants soit mise aux arrêts, après l’interpellation de Medikal pour des raisons similaires.

A lire : Après Shatta Wale, Medikal arrêté par la police ghanéenne