L’armée tchadienne affirme avoir tué le chef islamiste Mokhtar Belmokhtar

Les soldats tchadiens ont tué lors d’un raid au Mali Mokhtar Belmokhtar, le chef islamiste auteur de la prise d’otage d’In Amenas en Algérie, a annoncé ce samedi soir l’armée tchadienne.

L’auteur de la prise d’otage du site gazier d’In Amenas en Algérie et chef islamiste Mokhtar Belmokhtar a été tué par les soldats tchadiens lors d’un raid, a annoncé ce vendredi l’armée tchadienne. Il aurait péri lors d’une attaque contre un importante base djihadiste dans le massif des Ifoghas, selon l’état-major tchadien, qui a annoncé l’information dans un communiqué ce samedi à 12h00.

«Les forces tchadiennes au Mali ont détruit totalement la principale base des djihadistes dans le massif de l’Adrar des Ifoghas, plus précisément dans la vallée d’Ametetai», indique le communiqué.

«Le bilan provisoire des combats s’établit comme suit : plusieurs terroristes tués, dont leur chef Mokhtar Belmokhtar, soixante véhicules en bon état de fonctionnement récupérés, divers matériels de guerre, notamment du matériel électronique, récupérés. Le ratissage se poursuit à la recherche des fugitifs», détaille le communiqué.

Une annonce qui intervient après la déclaration vendredi soir du président tchadien Idriss Déby qui a confirmé la mort de l’émir d’Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) Abou Zeid. Pour le moment, ni Paris ni Alger ni même Bamako n’ont confirmé toutes ces informations.

L’un des plus grands trafiquants du Sahara

Mokhtar Belmokhtar, ex-chef d’Aqmi, entré en dissidence avec le groupe terroriste en octobre dernier, a décidé de former sa propre unité combattante, les Moulathamine («Ceux qui signent avec leur sang»). C’est aussi lui qui a revendiqué l’attaque contre le site gazier d’In Amenas suivie de la prise d’otage qui a tué selon Alger plus de 37 étrangers issus de 8 nationalités différentes. Le terroriste a menacé de mener d’autres attaques du même type si l’opération militaire menée par la France au Mali ne cessait pas.

Surnommé « le borgne » à cause d’un oeil qu’il a perdu lors d’une bataille, Mokhtar Belmokhtar est né en Algérie en 1972, affirmant s’être rendu en Afghanistan à l’âge de 19 ans pour y acquérir une formation et une expérience du combat.

Surnommé aussi « Marlboro » par les populations locales pour le trafic de cigarettes qu’il mène dans le Sahel, il est aussi réputé au-delà de son implication dans les enlèvements d’otages occidentaux, pour être l’un des plus grands trafiquants du Sahara, s’imposant dans la fourniture d’armes aux groupes islamistes de la région et dans le trafic de cigarettes.

Si sa mort est avérée, les soldats tchadiens, qui sont en première ligne avec 2000 hommes sur le champ de bataille aux côté des militaires français, dans le nord Mali, auraient alors réalisé un grand coup de filet, qui marquerait un nouveau tournant dans la guerre au Mali.