L’armée responsable des violences selon l’avocat de Hosni Moubarak

L’avocat du président égyptien déchu toujours en « convalescence », maître Farid el-Dib, a déclaré mercredi 18 janvier que son client ainsi que sept autres accusés dont l’ancien ministre de l’Intérieur Habib el-Adli, ne peuvent être tenus responsable des violences intervenues à partir du 28 janvier 2011. Hosni Moubarak aurait transmis le pouvoir à l’armée pour rétablir l’ordre à partir de ce jour à 16h. « Par conséquent, il n’est pas logique de dire que la police a ordonné le meurtre de manifestants. Elle n’avait pas l’autorité de le faire » selon les propos de l’avocat rapportés par le Nouvel Observateur. Les militants anti-Moubarak affirment que les violences contre les manifestants ont été perpétrées par la police et des hommes de main du pouvoir.