L’armée algérienne mobilisée contre le terrorisme

L’armée nationale populaire (ANP) passe à la vitesse supérieure dans sa lutte contre le terrorisme en Algérie. Pour y réussir, 15 000 soldats dotés de moyens matériels importants sont mobilisés.

Notre correspondant en Algérie

L’est algérien où se situent des maquis terroristes – dans les wilayas de Jijel, Skikda et Batna – est le plus ciblé dans un premier premier temps. Puis les forces armées se tourneront vers le centre du pays qui n’est pas épargné par des attentats meurtriers ayant coûté la vie à des dizaines d’innocents.

Cette importante opération vise à anéantir complètement les groupes terroristes du GSPC affiliés à Al Qaida aux pays du Maghreb islamique (AQMI) et qui écument les différents maquis du pays. Cette opération d’envergure, la première depuis la lutte contre le phénomène de la terreur en Algérie, s’explique par la volonté de l’institution militaire algérienne de tourner complètement la page du terrorisme et braquer les regards sur l’avenir du pays où de grands chantiers sont prévus.

Depuis le retour d’Ahmed Ouyahia aux commandes, la volonté de passer à l’action se fait sentir. «Les terroristes doivent se rendre ou ils seront abattus», est l’une des déclarations qu’il a martelées au lendemain des grands attentats meurtriers perpétrés dans les wilayas de Boumerdes et de Bouira durant la deuxième quinzaine du mois d’août.

Selon des sources sécuritaires, environ 400 terroristes écument les maquis des wilayas de Jijel, Skikda et Batna où se concentrent les unités de l’armée algérienne résolument engagées à les mettre hors d’état de nuire.
La destruction des différentes casemates, le déminage des lieux et l’usage forces héliportées sont les priorités de cette action d’envergure.
Cette guerre ouverte contre le terrorisme intervient à un moment où ce phénomène prend des proportions alarmantes et à contresens des attentes de la politique de la réconciliation nationale.

Lire aussi:

 Algérie : Ahmed Ouyahia promet de combattre les terroristes « jusqu’au dernier »

 L’Etat algérien est-il à la hauteur du défi terroriste ?