L’Arabie Saoudite promet d’investir 8 milliards de dollars en Egypte

Selon les médias locaux, l’Arabie Saoudite a promis d’investir 8 milliards de dollars en Egypte et d’apporter une aide pétrolière pendant cinq ans au pays en grande difficulté économique.

Face aux grandes difficultés économiques de l’Egypte, l’Arabie Saoudite a décidé de lui prêter main forte. Elle a promis en effet d’investir 8 milliards de dollars en Egypte et d’apporter une aide pétrolière pendant cinq ans, indiquent les médias officiels, ce mercredi 16 décembre 2015. Cette annonce a été faite dans un communiqué commun publié au terme d’une visite du vice-prince héritier par ailleurs ministre saoudien de la Défense, Mohamed ben Salmane, mardi au Caire.

Le roi Salmane a « ordonné que les investissements saoudiens en Egypte dépassent les 30 milliards de riyals (8 milliards de dollars) et que le royaume contribue à couvrir les besoins de l’Egypte en pétrole durant les cinq prochaines années », selon le communiqué publié par l’agence officielle SPA. En outre, « les navires saoudiens soutiendront le trafic dans le canal de Suez », ajoute le texte sans plus de détail.

Depuis la chute de Hosni Moubarak, suite au soulèvement populaire contre son régime, en 2011, l’Egypte ne s’est toujours pas remise économiquement de cette crise politique qu’elle a traversée. Le secteur touristique reste encore fragile, d’autant que l’insécurité qui grandit dans le pays n’arrange pas les choses. L’attentat contre l’avion russe avec 224 personnes à son bord, qui s’est crashé dans le Sinaï, revendiqué par l’organisation de l’Etat islamique, a fragilisé un peu plus le secteur du tourisme.

Il faut dire que les attentats se multiplient en Egypte depuis la chute de Mohamed Morsi, évincé par le Président Abdel Fattah al-Sissi, le 3 juillet 2013. De nombreux groupes armés n’hésitent pas à commettre des attaques contre notamment les forces de l’ordre égyptiennes, affirmant agir en représailles à l’éviction de Mohamed Morsi du pouvoir. Ce dernier est d’ailleurs toujours détenu dans un endroit secret et risque la peine de mort pour plusieurs chefs d’inculpation, notamment espionnage contre l’Etat d’Egypte ou encore incitation au meurtre de manifestants.