L’Ambassadeur de France doit s’expliquer sur les circonstances de l’assassinat du Ministre Désiré Tagro

Monsieur Désiré TAGRO, ex-ministre de l’Intérieur
et Secrétaire Général de la Présidence de la République, ne s’est pas
suicidé. Il a été exécuté d’une balle dans la bouche par les rebelles.
L’Ambassadeur de France à Abidjan est la dernière personne à avoir
communiqué sur son téléphone portable avec M. TAGRO, chargé par le
Président Laurent GBAGBO de négocier un cessez-le-feu afin de permettre
au Chef de l’Etat et à ses proches de sortir sans violence de la Résidence.

Le diplomate français doit donc fournir des explications puisqu’il a très
clairement demandé au Ministre TAGRO de sortir du sous-sol de la
Résidence présidentielle avec un drapeau blanc.

Une première fois, M. TAGRO a essuyé des tirs des rebelles. Il l’a signalé
auprès de l’Ambassadeur de France qui a ironisé et lui a demandé de tenter
à nouveau l’opération, promettant de dire aux rebelles de cesser de tirer. Les
tirs se sont arrêtés. M. TAGRO a ensuite tenté une seconde sortie de la Résidence en brandissant un drapeau blanc à l’instar de quelques autres proches du Président GBAGBO. Des rebelles, qui l’ont reconnu, se sont alors saisi duMinistre pour lui tirer une balle dans la bouche.

L’Ambassadeur de France peut permettre que la vérité éclate sur les
circonstances de la mort du Ministre Désiré TAGRO, avec lequel il était en
contact régulier au moment de l’assaut des forces spéciales françaises, afin
que les auteurs de ce crime abominable soient punis.

Paris, le 15 avril 2011

Toussaint ALAIN, Conseiller du Président Laurent GBAGBO