L’Algérie secouée par des émeutes

Alger a connu une nuit agitée. Des émeutes contre la récente hausse des produits alimentaires ont éclaté dans plusieurs quartiers de la capitale, mercredi, et se sont propagées à d’autres villes du pays. Au quartier populaire de Bab El Oued à Alger, des jeunes ont détruit des véhicules de police et tenté de détruire un commissariat.

Des émeutes contre la flambée des prix ont éclaté mercredi soir dans le quartier populaire de Bab El Oued à Alger, et se sont étendus à d’autres quartiers de la capitale, notamment Cheraga et Aïn Beniane, rapporte la presse algérienne. Les villes d’Oran, Tipaza, Djelfa, Boumerdes, Annaba, ont elles aussi connu des manifestations similaires. Les mêmes scènes se sont répétés partout dans les quartiers embrasés du pays, cette nuit de mercredi : pneus brûlés, jets de pierres contre les forces de l’ordre, voitures incendiés, slogans hostiles au pouvoir…

A Bab El Oued, où les affrontements avec les forces de l’ordre ont été particulièrement violents, un concessionnaire automobile Renault a été incendié et une dizaine de voitures détruites, rapporte l’AFP. Plusieurs manifestants et des policiers ont été blessés lors de ces échauffourées, constate le quotidien El-Watan. Les autorités n’ont pas donné de bilan, aucun officiel n’a commenté les émeutes. Au moins vingt manifestants ont été arrêtés dans les émeutes de Bab El Oued, a appris de son côté TSA Algérie, citant une source sécuritaire. Ils avaient incendié trois véhicules de police et tenté de saccager un commissariat de quartier, a précisé la même source.

Les prix de certains produits de base, comme le sucre et l’huile, ont récemment enregistré une hausse importante sur le marché international. Dans une conférence de presse à Alger, merdredi, le ministre du Commerce Mustapha Benbada a promis d’agir pour limiter cette envolée «exagérée et exorbitante». Dans un communiqué publié par l’agence officielle APS, le ministère du Commerce a pointé « l’exagération des marges bénéficiaires pratiqués par certains commerçants » sur les denrées alimentaires importées. « Les produits de large consommation resteront subventionnés par l’Etat dans le cadre de sa politique de soutien aux couches sociales les plus défavorisées », a affirmé le ministère.

De nombreux commerces fermés, attroupement de jeunes sur la place des Trois Horloges, à Bab El Oued la tension était encore vive jeudi matin. Les jeunes du quartier promettent de « déclencher une révolte contre la mal vie et le chômage », s’inquiète le journal El-Watan.