L’Algérie au secours du Venezuela

L’Algérie va envoyer des experts pétroliers au Venezuela pour aider au redémarrage d’un secteur totalement paralysé par une grève générale depuis décembre dernier. Les spécialistes algériens seraient appelés à remplacer les grévistes pour faire tourner l’appareil économique.

L’Algérie va briser les piquets de grève vénézuéliens. Solidarité entre deux membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le S.O.S, lancé par le président Hugo Chavez, a été entendu à Alger. Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, a décidé d’envoyer des experts pétroliers au Venezuela pour faire redémarrer la production stoppée par une grève générale depuis le 2 décembre dernier.

Le Venezuela, 5ème exportateur mondial (8ème au rang des producteurs) est aux prises avec un puissant mouvement de grève au sein du holding d’Etat, Petroleos. 36 000 des 42 000 employés auraient débrayés au plus fort d’une crise qui dégénère aujourd’hui en émeutes politico-sociales. La production nationale de pétrole, qui représente 30% du PIB et 80% des exportations du Venezuela, a chuté de 3 millions à 800 000 barils par jour.

Aucune précision sur la nature de l’aide

La nature de l’aide apportée par l’Algérie n’a pas encore été clairement définie. Mais, avec le manque d’horizon de la crise actuelle, il est vraisemblable que les experts techniques algériens seront tout simplement amenés à remplacer les grévistes afin d’assurer la reprise de l’activité. Selon le Quotidien d’Oran, le président Chavez aurait également appelé le Brésil à lui  » prêter  » du personnel de la Petrobras, la compagnie nationale brésilienne, afin de faire tourner les pompes à pétrole.

Malgré les dispositions de l’Opep, prises en décembre dernier, pour stabiliser le prix du brut, le cours du baril s’est envolé pour dépasser la barre des 30 dollars sous l’effet combiné des menaces de guerre en Irak et de la diminution de l’offre globale amputée de la production du Venezuela. Un déséquilibre dans le marché de l’offre et de la demande mondiale qui laisse entrevoir la possibilité d’une réévaluation à la hausse des quotas de production de l’Opep. Le Venezuela, adversaire traditionnel à une telle initiative, pourrait, cette fois-ci, soutenir l’Algérie, fervent avocat de la cause, en guise de reconnaissance.

Lire aussi

Les mauvais élèves de l’Opep.