L’agroalimentaire ouest africain s’invite à Dakar

Le troisième Salon international des industries agro-alimentaires a ouvert ses portes mardi à Dakar. Forte, cette année, de 200 participants de plus d’une quinzaine de pays différents, la manifestation entend rapprocher les promoteurs africains et occidentaux. Interview de Babacar Samb, l’initiateur du salon.

Dakar accueille depuis mardi, au Centre international de commerce extérieur (Cices), le troisième Salon international des industries agro-alimentaires (Siagro). Deux cents participants ont répondu présents cette année à l’appel de la Sencomane, société privée organisatrice de la manifestation. Pour son PDG, Babacar Samb, il s’agit de promouvoir l’agro-alimentaire de toute la sous-région et de rapprocher les promoteurs africains et européens.

Afrik : Pourquoi organiser un tel salon ?

Babacar Samb : L’agroalimentaire est un secteur très important dans l’économie ouest africaine. Il s’agit de promouvoir nos productions et surtout nos produits de transformation, ceux qui fabriquent de la valeur ajoutée. Nous avons ciblé cette année quatre filières pour le salon : l’agriculture, le lait, l’agro-alimentaire et la pêche.

Afrik : Combien de participants avez-vous cette année et de quels pays sont-ils ?

Babacar Samb : Nous avons 150 participants directs et 50 participants qui se sont fait représenter. Ils viennent de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Burkina, de la Gambie, de la Guinée, du Cap Vert pour les pays de la sous-région. Mais nous avons également d’autres exposants notamment européens : la Tunisie, l’Allemagne, l’Espagne et bien sûr la France. Et il faut noter cette année la présence de promoteurs du Ghana, de la Mauritanie et du Niger.

Afrik : Qu’attendez-vous de ce salon ?

Babacar Samb : Le salon est un espace de rencontre. En invitant des Européens au Siagro, nous souhaitons promouvoir les échanges entre les promoteurs africains et occidentaux.

Afrik : La Secomane est une société privée, bénéficiez-vous de soutien de la part de l’Etat ?

Babacar Samb : Nous avons un fort soutien institutionnel. Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Pape Diouf, la ministre des PME, Aïcha Agne Pouye ainsi que le ministre du Commerce, Cheikh Sadibou, sont venus mardi pour l’inauguration. Mais nous n’avons aucun soutien financier de leur part.