L’Agence Française de Développement (AFD) partenaire de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) pour un enseignement primaire de meilleure qualité en Afrique

Si les Etats Africains ont fait d’incontestables progrès dans l’éducation et la scolarisation, l’achèvement par tous les enfants d’un cursus d’éducation primaire de qualité est encore souvent entravé par une formation des maîtres insuffisante et des problèmes d’acquisition de la langue française. Face à ce constat, l’Agence universitaire de la Francophonie et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), se sont associées au sein de deux programmes visant à pallier ces difficultés ; ils sont financés en partie par l’Agence Française de Développement. A la suite de la signature d’une convention le 8 septembre 2011, le projet ELAN-AFRIQUE vient s’ajouter à l’Initiative Francophone pour la Formation à Distance des Maîtres (IFADEM) qui, grâce au soutien financier de l’AFD, entre dans une phase de développement.

Paris, le 13 septembre 2011

La mise en place d’un enseignement primaire bilingue : le projet ELAN- AFRIQUE

L’AUF, l’OIF, l’AFD et le Ministère français des Affaires étrangères et européennes ont cosigné le jeudi 8 septembre 2011 à Paris, au siège de l’OIF, une convention portant sur le déploiement d’ELAN-AFRIQUE « École et langues nationales en Afrique », nouvelle offre francophone en matière d’enseignement bilingue.

Cette nouvelle initiative vise à accompagner les pays d’Afrique sub-saharienne francophones dans le développement d’une éducation primaire de qualité. Pour cela, elle entend faciliter l’implantation d’un enseignement bilingue alliant langues nationales et français, en particulier dans les zones rurales pour enrayer l’échec scolaire dû à la difficulté d’acquisition de la langue française. Les quatre institutions se sont entendues pour adopter la mise en place de stratégies d’apprentissage qui tiennent compte non seulement de la langue partagée, le français, mais aussi des langues nationales en présence.

Un accord cadre de partenariat a été signé par Bernard Cerquiglini, Recteur de l’AUF, Clément Duhaime, Administrateur de l’OIF, Dov Zerah, Directeur général de l’AFD, et Delphine Borione, Directrice de la politique culturelle et du français du MAEE, ainsi qu’une convention de financement entre l’AFD, l’OIF et cosignée par le MAEE.

« Nous attendons beaucoup de ce partenariat ambitieux. Il devrait permettre aux pays concernés de faire reculer l’échec scolaire, en offrant aux enfants un enseignement primaire de meilleure qualité, notamment dans les régions les plus en difficulté» déclare Bernard Cerquiglini, Recteur de l’AUF.

Pour surmonter l’échec scolaire massif constaté dans leurs régions rurales, les huit pays partenaires de l’initiative ELAN AFRIQUE, prévoient d’aménager dans leurs plans nationaux de l’éducation un apprentissage bi-multilingue, articulant dans l’enseignement primaire langues africaines et langue française.

Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Cameroun, du Mali, du Niger, de la République Démocratique du Congo et du Sénégal. Certains de ces pays ont déjà une tradition d’enseignement bilingue (Burkina Faso, Niger, Mali, Burundi), d’autres vont expérimenter ce type d’apprentissage avec l’Initiative ELAN AFRIQUE (Cameroun, Sénégal, République Démocratique du Congo, Bénin).

L’Agence universitaire de la Francophonie, opérateur délégué, membre du Comité d’Orientation et du Comité de coordination internationale de l’initiative ELAN, est chargée de mettre en œuvre des activités de conseil scientifique et des évaluations pour remédier aux difficultés rencontrées dans le processus d’apprentissage bilingue. L’AUF intervient à travers son rectorat et ses services centraux (Paris, Montréal), ses bureaux régionaux (Dakar et Yaoundé) et ses Campus numériques francophones [1] dans les capitales des pays africains concernés (Bamako, Bujumbura, Cotonou, Dakar, Kinshasa, Niamey, Ouagadougou, Yaoundé).

Le développement de l’Initiative Francophone pour la formation à Distance des Maîtres

Grâce à un nouveau partenariat avec l’Agence Française de Développement, l’Initiative Francophone pour la Formation à Distance des Maîtres (IFADEM) entre dans sa phase de déploiement.

Copilotée par l’Agence universitaire de la Francophonie et par l’Organisation Internationale de la Francophonie, l’IFADEM est un programme de formation à distance visant à améliorer les compétences des instituteurs dans l’enseignement du et en français, dont la phase expérimentale s’est déroulée dans quatre pays (Bénin, Burundi, Haïti et Madagascar) entre 2008 et 2010. Appuyés par l’expertise d’ IFADEM, les pays engagés dans l’Initiative définissent des stratégies de formation continue pour leurs enseignants puis organisent un dispositif de formation en partie à distance adapté aux besoins de leurs systèmes et utilisant les technologies de l’information et de la communication.

Le partenariat avec l’AFD va permettre de déployer l’Initiative dans 8 à 10 pays d’Afrique sub-saharienne entre 2012 et 2015. Plusieurs dizaines de milliers d’instituteurs en poste vont bénéficier du programme de formation.

Grâce au financement de l’AFD, et au succès de son expérimentation, IFADEM s’étend à de nouvelles régions et à de nouvelles disciplines dans les pays où elle est déjà présente. L’Initiative va également être mise en place en République Démocratique du Congo suite à la signature d’une convention le 7 juillet dernier à Kinshasa.

Pour Bernard Cerquiglini, Recteur de l’AUF, au-delà de son soutien financier, l’Agence Française du développement est un partenaire qui accompagne l’AUF dans sa réflexion et lui ouvre de nouvelles perspectives de développement.

A propos de l’AUF

L’Agence universitaire de la Francophonie est une association mondiale d’universités ; elle a pour objet de faire le lien entre les universités de langue française. Elle est l’opérateur des Sommets des pays francophones pour l’enseignement supérieur et la recherche.

L’association œuvre depuis 50 ans dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle a vocation à former des professionnels aptes à contribuer au développement de leur pays.

Elle regroupe 779 établissements universitaires sur les 5 continents dans 94 pays, dont 55 membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

L’association a pour mission de soutenir les stratégies de développement des 779 établissements membres, de faire émerger une nouvelle génération d’enseignants, de chercheurs, d’experts et de professionnels, acteurs du développement, de promouvoir la communauté scientifique francophone pour qu’elle devienne une référence internationale et apporte sa contribution aux enjeux mondiaux (changement climatique, pauvreté, agriculture, sécurité alimentaire, santé, droit).