L’afro-latin-reggae de Kuami Mensah

La pochette de l'album

S’il est le fils de feu Gnonnas Pedro, l’un des piliers disparus du groupe Africando, Kuami Mensah ne souhaite pas utiliser le nom de son père pour sa carrière artistique. Une facilité dans laquelle il ne veut pas sombrer. L’artiste béninois a sorti, en août dernier, son premier album Novi, Novi, témoin de sa propre identité musicale : l’afro-latin-reggae. Rencontre avec un homme humble, travailleur et passionné, tout comme son illustre géniteur.

Kuami parce qu’il est né un samedi, Mensah parce que c’est le troisième garçon de la famille, Gnonnas, parce que c’est le fils de son père : le grand Gnonnas Pedro. Kuami Mensah a toutefois préféré ne pas utiliser son célèbre patronyme pour sa carrière musicale. Par respect pour son père qui lui a inculqué les valeurs du travail, par soucis de se faire un nom par lui-même. Résidant à Valence (Espagne), il a sorti son premier album, Novi, Novi, en août dernier à Cotonou (Bénin). L’artiste béninois nous raconte son parcours, sa démarche musicale et ses rêves. Il revient également sur son père, star béninoise disparue, membre de l’illustre formation salsa Africando, du maestro Boncana Maïga.

Afrik.com : Pourquoi avoir choisi de ne pas porter le même nom que votre père pour votre carrière d’artiste ?

Kuami Mensah :
Mon père s’est fait un nom en tant qu’artiste. Je dois lutter pour me faire mon propre nom et ne pas être le fils de… C’est trop facile de jouer cette carte-là pour arriver dans le milieu. Je crois que ça n’aurait pas plu à mon père que j’opte pour cette tactique.

Afrik.com : Comment définiriez-vous votre univers musical ?

Kuami Mensah :
J’ai eu un peu de mal à me décider par rapport à ce que je faisais musicalement. J’avais commencé à travailler des rythmes traditionnels, tel que l’agbadja que mon père avait commencé à travailler après moi. J’ai eu à tater de la salsa pendant toute ma vie. J’ai eu à jouer avec mon père en tant que bassiste. J’ai d’autres vibrations, telles que le reggae. J’ai finalement adopté ce que j’appelle l’afro-latin-reggae.

Afrik.com : Le public ne vous attend-il pas dans un style qui soit proche de celui de votre père ?

Kuami Mensah :
J’ai souvent eu ce genre de problème. Une partie du public réclamait que je poursuivre l’héritage laissé par mon père. J’essaie toujours de répondre que je ne fais pas de la musique parce que mon père était musicien, et que ce qui me plait dans l’artiste Gnonnas Pedro, ce n’est pas obligatoirement son style de musique, mais sa voix, sa rigueur au travail et ses textes. Ce n’est pas un Gnonnas Pedro en réincarnation que les gens doivent demander. Et doivent accepter que je puisse développer mon propre univers musical.

Afrik.com : Vous habitez à Valence, mais vous avez tenu à enregistrer à Cotonou. Pourquoi ?

Kuami Mensah :
Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que j’ai connu des musiciens, avant de quitter Cotonou, avec qui j’avais toujours rêvé de faire un disque. La seconde raison est liée à l’envie de faire jouer des gens qui comprennent avec plus de facilités ce que je fais musicalement, au niveau des rythmes. Si vous donnez une partition à des musiciens en Europe, ils vont vous jouer parfaitement la musique. Mais quand vous enregistrez au pays, il y a une autre ambiance et une alchimie que vous ne retrouverez nulle part ailleurs.

Afrik.com : Le résultat de votre travail répond-il à vos attentes ?

Kuami Mensah :
Je ne suis jamais satisfait de ce que je fais. Je suis en perpétuelle recherche et je sais que je peux toujours faire mieux.

Afrik.com : Vous chantez en plusieurs langues. Est-ce pour brasser large ?

Kuami Mensah :
L’inspiration me vient comme ça. Je ne me suis jamais décidé à faire une chanson en français, en anglais ou dans une langue particulière. Ce sont les chansons qui me viennent toutes seules. Parfois le refrain arrive en anglais et le texte en français ou dans une langue africaine.

Afrik.com : Il y a un titre de votre père sur l’album, « D’agamasi ». Est-ce un titre spécialement écrit pour votre opus?

Kuami Mensah :
C’est une chanson qu’il avait enregistrée bien avant Africando. Elle a été reprise et arrangée par Boncana Maïga pour le groupe. J’ai repris ce titre pour la philosophie qu’il y a derrière. Si on traduit le refrain cela donne : « La branche ne se cassera pas dans les bras du caméléon ». C’était l’un des slogans du candidat Mathieu Kérékou sous le gouvernement militaire. Quand mon père a chanté cela, il y avait eu des critiques selon lesquelles, il glorifiait le Président Kérékou. Alors qu’il a repris ce refrain, parce qu’il a vu une positivité dans cette philosophie. Il enjoignait tout le monde à se sentir caméléon et à se tenir accrocher à une branche qui est la nation. La construction d’une nation est le devoir de nous tous. J’ai donc repris cette chanson, cette fois-ci en reggae, pour mieux faire passer son message.

Afrik.com : Les témoignages quant à Gnonnas Pedro font état d’un homme très humble et travailleur. Est-ce la même image que vous avez de votre père ?

Kuami Mensah :
Il y a l’artiste et l’homme. L’artiste est effectivement très travailleur, très humble et très orgueilleux. Un orgueil très positif de croire en ce qu’il fait et de faire valoir ce qu’il fait. La personne est très rigoureuse, sans pour autant dire qu’elle était sévère. J’ai une anecdote caractéristique. J’ai commencé la musique à 9 ans dans l’orchestre des Jeunes Pionniers. Mais une fois adolescent, il fallait se débrouiller tout seul pour continuer puisqu’il n’y a pas de conservatoire à Cotonou. Alors j’ai commencé à fréquenter des musiciens. J’ai fini par acheter une guitare basse. Un jour, je suis allé voir mon père pour lui dire que je donnais un concert en ville. Il m’a fait asseoir et m’a juste dit : « J’ai connu celui qui a appris à jouer de la guitare à Franco ». Tout ça pour me dire qu’il fallait vraiment que j’ai conscience que le chemin pour atteindre l’excellence était dur. Et il est finalement venu au concert. Le meilleur cadeau que mon père m’ait fait dans la vie est de ne pas m’avoir rendu les choses faciles.

Afrik.com : Quand avez-vous vu votre père pour la dernière fois ?

Kuami Mensah :
La dernière fois que je l’ai vu c’était il y a trois ans et demi, mais je l’avais en ligne minimum tous les 15 jours. Je devais le voir en août dernier pour présider la cérémonie de lancement de la sortie de mon album. Il n’est revenu que le 11 août et il est décédé le lendemain.

Afrik.com : Etiez-vous au courant de la maladie ?

Kuami Mensah :
Je n’étais pas courant de sa maladie, jusqu’à ce que j’arrive à Cotonou.

Afrik.com : Quel serait votre rêve d’artiste ?

Kuami Mensah :
Je rêve de la conscientisation de la jeunesse quant aux réalités de l’Europe. Car la jeunesse africaine, tout comme moi au départ, rêve qu’en Europe la vie est rose. J’aimerais pouvoir donner beaucoup de concert en Afrique pour parler de ce sujet-là. J’aimerais au Bénin ou ailleurs faire comprendre à la jeunesse qu’on peut voyager mais qu’on peut tout à fait vivre chez soi et être heureux.

Afrik.com : Quel est votre meilleur souvenir d’artiste en Espagne ?

Kuami Mensah :
Le meilleur souvenir reste les concerts que j’ai donnés en prison. Je ne devais en faire qu’un, mais finalement, devant le succès, j’en ai donné quatre. Il y a avait un tel échange avec le public. C’étaient des moments vraiment très forts.

Afrik.com : Où vous sentez-vous chez vous ?

Kuami Mensah :
Je suis du Bénin. Mais je n’aime pas utiliser la notion de « chez moi » à cause de ses mauvais côtés. On y perd un peu l’amour de l’autre. Je me considère comme un citoyen du monde.

Afrik.com : Pour quels artistes avez-vous beaucoup de respect ?

Kuami Mensah :
Mon père, mais il n’est plus. Sinon, j’ai beaucoup de respect pour Meiway. Quand j’écoute ses arrangements, j’imagine le sérieux qu’il doit avoir dans son travail. J’aime aussi son attitude sur scène. Je rêve de me retrouver sur scène avec Manu Dibango, Boncana, Richard Bona, Paco Sery, Kassav et tous les artistes de cette trempe…

Kuami Mensah dans les bureaux d'Afrik En écoute un extrait de « D’agamasi » La pochette de l'album