L’Afrique quitte l’Open d’Australie

Le tennisman zimbabwéen Kevin Ullyett est éliminé de l’Open d’Australie. Dernier africain a quitter la compétition, il n’a pas su décrocher vendredi, avec sa partenaire slovaque, de billet pour la finale du double mixte, dont ils étaient tenants du titre. Ils se sont inclinés en deux sets face à une paire Paes/Navratilova impériale.

Avec la défaite ce vendredi de Kevin Ullyett, l’Afrique perd son dernier représentant à l’Open d’Australie. Le tennisman zimbabwéen et sa partenaire slovaque Daniela Hantuchova ont été balayés, vendredi, en demi-finale du double mixte par la paire Paes/Navratilova en deux sets, 6-3, 6-1. Tenant du titre, Kevin Ullyette perd l’occasion de réaliser le doublé. Et d’entrer dans l’histoire du tennis zimbabwéen en remportant un troisième tournoi du Grand Chelem (le Grand Chelem regroupe 4 compétitions : l’US Open, l’Open d’Australie, Rolland Garros et Wimbledon).

C’est à Flushing Meadows que Kevin commence sa jeune carrière de chasseur de trophées en remportant, avec son compatriote Wayne Black, la finale du double messieurs à l’US Open. Un an plus tard, il récidive en double mixte à l’Open d’Australie avec son actuelle coéquipière Daniela Hantuchova. Accrochés en quart de finale par la paire David Adams (Afrique du Sud)/ Wyne Prakusya (Indonésie), 7-6, 7-6, ils ont buté contre un mur cette année en demi-finale.

Une adversaire de légende : Martina Navratilova

Si le duo slovaquo-zimbabwéen donne le change dans le premier set, qu’il concède sur un honorable 6-3, il s’effondre dans deuxième set, 6-1. Déroute. Précisons à sa décharge qu’il affrontait tout de même une des légendes vivantes du tennis mondial en l’image de l’Américaine Martina Navratilova (deux fois vainqueur de Rolland Garros, trois fois de l’Open d’Australie, quatre fois de l’US Open et neuf fois de Wimbledon). Une joueuse d’exception. Son partenaire de jeu, l’Indien Leander Paes (deux titres en double messieurs, Wimbledon et Rolland Garros) ne pouvait rêver mieux.

Le point faible de Kevin et de Daniela : le service. Surtout les secondes balles à l’issue desquelles ils remporteront le point moins de quatre fois sur dix. Contre une fois sur deux pour leurs adversaires. Plus fragiles psychologiquement, le Zimbabwéen et la Slovaque n’ont su concrétiser qu’un seule de leur cinq occasions de réaliser le break. Des occasions que Martina et Leander saisissent une fois sur deux (5 sur 10). Ils se verront opposer en finale l’Australien Todd Woodbridge et la Grecque Elen Daniilidou.