L’Afrique du Sud, paradis des hackers

Faute d’organisme de contrôle efficace, la Rainbow Nation est devenue le laboratoire des hackers du monde entier. Un phénomène qui inquiète le contre-espionnage américain.

 » Hacker.co.Za travaille sur une nouvelle base de données pour les hackers et nos fidèles supporters « . Webmasters du monde entier, tremblez. Selon le quotidien sud-africain, The Business Day, la Rainbow Nation, engendrerait une redoutable génération de hackers. Un phénomène suffisamment important pour qu’une équipe d’experts américains en contre-espionnage électronique, membres de la toute puissante X-Force, se penche très sérieusement sur les sites sud-africains.

Explication : la floraison anarchique de sites web en Afrique du Sud se serait passée de garde-fous. Et nombre de sociétés du pays restent convaincues que les attaques dont elles sont victimes viennent de l’étranger. Leur imprudence fait de l’Afrique du Sud un laboratoire idéal pour les hackers qui souhaitent tester leur habileté. Pire : faute d’instances de surveillance et de contrôle compétentes sur place, les hackers de toute la planète se précipitent sur les sites sud-africains qui leur fournissent des informations précieuses pour pratiquer leur art.

Tout ce que vous vouliez savoir sur le hacking…

Ainsi Hacker.co offre, outre une rubrique  » pratique  » intitulée  » les outils du marché « , les logiciels dernier cri pour pénétrer les réseaux internes ou concevoir de nouveaux virus. En toute impunité. Environ 86 000 personnes sont déjà passées par ce site depuis sa création en 1997. 86 000 hackers potentiels.

Les experts de la X-force qui passent au crible les dernières trouvailles de leurs adversaires s’intéressent d’autant plus à l’Afrique du Sud que les messages de type  » nous actualisons la base de données « , se multiplient sur les sites des hackers du pays. Or, « des hackers qui réactualisent leurs bases de données, c’est un signe que les risques informatiques ne sont plus couverts « , analyse un spécialiste de la lutte contre les virus informatiques de la société Symantec, cité par notre confrère.

Selon un institut de recherche sud-africain, 62% des organismes et sociétés du pays présents sur la Toile ne détiennent pas la moindre protection contre la fraude et les attaques des hackers. La criminalité informatique y enregistrerait une croissance annuelle de 20%. Chiffre difficile à apprécier…