L’Afrique à la chasse de ses démons racistes

Un sommet contre le racisme se tient ces jours-ci à Dakar. Un sommet contre le racisme. En Afrique. Le Continent en a besoin. Même si le président sénégalais pense le contraire. Le racisme expliqué à tous. A moi, à vous. Le premier acte raciste est dans le regard. Et dans le verbe. L’Etranger n’est pas Noir, ni Blanc. Il est juste le voisin : le  » voleur hutu « ,  » l’assassin tutsi « ,  » les Ivoiriens d’Alassane, ces étrangers « ,  » le Kabyle francophile « ,  » le ‘Abid ( Mauritanien pauvre et Noir !),  » le Touareg malien « … A l’infini. Le racisme, c’est aussi parler des Africains comme d’une masse compacte, invisible ou trop visible. Comme s’il n’existait pas 53 pays.

Oui, Monsieur Wade, le racisme concerne l’Afrique. Elle en est victime et bourreau. Le Rwanda l’a appris dans les larmes et le sang. La Guinée, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, la liste est longue. Le racisme est une nouvelle religion, une religion de la mort. Exclure l’Autre pour être entre nous. Pour s’entre-détester plus tard. S’entre-tuer jusqu’à se retrouver tout seul. Quand le voisin est mis à l’index, ce n’est pas à cause de la couleur de sa peau, ni pour sa religion, encore moins pour ses origines, mais pour sa qualité de miroir fidèle de nos peurs, de nos jalousies et de nos mesquineries récurrentes. C’est aux décideurs qu’incombe souvent la responsabilité de manier avec cynisme et irresponsabilité, le cocktail d’imbécillité et d’ignorance qui finit toujours par exploser. Le peuple ivoirien n’a jamais théorisé le concept de  » l’ivoirité « , autre nom de la bête immonde.

Les responsables politiques écrivent des scénarios macabres. Qui se traduisent, malheureusement, par la mort de milliers de personnes. Les victimes n’avaient pas droit de regard sur ces scénarios. Des pantins entre des mains machiavéliques. L’Afrique a besoin de sommet contre le racisme pour exorciser ses peurs et ses angoisses. L’Afrique a besoin de s’aimer car elle ne s’aime pas. Elle a besoin de se regarder avec ses yeux. Au fin fond d’elle-même. Accuser l’Occident de tous les maux ne résout rien. La paix est à ce prix.