L’administration Trump élargit sa liste noire à la Corée du Nord et au Tchad

Le Tchad fait partie de la nouvelle liste américaine de pays touchées par les restrictions de circulations des voyageurs édictée par l’Administration Trump. Désormais, huit pays seront confrontés à des restrictions à l’entrée aux États-Unis, allant d’une interdiction totale à des restrictions plus ciblées. Les nouvelles règles affecteront les citoyens du Tchad, l’Iran, la Libye, la Corée du Nord, la Somalie, la Syrie, le Venezuela et le Yémen. Il entrera en vigueur le 18 octobre.

Donald Trump a écrit sur son compte tweeter: « Making America Safe is my number one priority« . Les citoyens du Tchad, de Corée du Nord, e l’Iran, de la Libye, de la Syrie, de la Somalie et du Yémen restent interdits d’entrer aux États-Unis dans le cadre de la politique définie par par le Président des États-Unis. Trump.

Le Soudan, l’un des six pays majoritairement musulmans à l’interdiction de voyager dans la liste d’origine a été retiré. Les États-Unis ont récemment fait l’éloge des efforts déployés par le Soudan pour lutter contre le terrorisme.

Les nouvelles restrictions entreront en vigueur le 18 octobre. « Si vous ne pouvez pas contrôler les gens de manière efficace pour savoir qui entre dans votre pays, alors vous ne devriez pas permettre aux personnes de ce pays de voyager« , a déclaré le conseiller de sécurité nationale de la Maison Blanche, H. R. McMaster.

Les fonctionnaires ont souligné que les visas valides ne seraient pas révoqués à la suite de la proclamation.

Certains pays feront l’objet d’interdictions complètes, c’est le cas notamment pour les citoyens de Corée du Nord ou du Tchad. D’autres sont plus adaptés, comme le vénézuélien, qui s’appliquera uniquement à certains fonctionnaires et à leurs familles

L’ajout de la Corée du Nord et du Venezuela a été utilisé par le Gouvernement américain pour montrer que les restrictions ont été décidées sur des questions de sécurité et pas uniquement contre des pays les musulmans,comme cela avait été reproché à la première version de la liste dont le texte interdisait, en effet, l’entrée dans le pays aux ressortissants de six pays majoritairement musulmans : Yémen, Somalie, Libye, Soudan, Syrie et Iran.. Mais ces arguments sont retoqués par Becca Heller, directrice de l’International Refugee Assistance Project. « Le Tchad est un pays majoritairement musulman, les voyages en provenance de Corée du Nord sont de fait déjà gelés, et les restrictions sur le Venezuela ne visent que des responsables du gouvernement. On ne peut pas être plus transparent que ça », a-t-elle déclarée.