Kourouma lauréat du prix Renaudot

Avec  » Allah n’est pas obligé « , l’écrivain ivoirien venu tardivement à la littérature, voit son combat pour la démocratisation de l’Afrique récompensé après des années d’exil.

L’écrivain Ahmadou Kourouma a obtenu le prix Renaudot (l’une des plus prestigieuses récompenses littéraires françaises) pour son livre  » Allah n’est pas obligé « . Fresque hallucinante d’une enfant-guerrier à travers le Libéria et la Sierra Leone dévastés par les seigneurs de guerre. Le livre s’étend avec malice sur la seconde partie de la sentence inachevée qui constitue le titre,  » … d’être juste avec toutes choses qu’il a créées ici bas « .

A 73 ans, Kourouma a réalisé le tour de force de traiter le sujet avec une distance et un humour qui n’enlève rien à la gravité du phénomène et renforce, plus qu’elle n’atténue, la dénonciation du phénomène. Kourouma a adopté le vocabulaire de l’enfant-tueur, l’enfant-victime, pour mieux interpeller les adultes et les puissants de ce monde.

Ces talents de satiriste impitoyable, l’écrivain les avait déjà démontrés dans sa précédente oeuvre (Inspirée d’une réflexion d’un cuisiner togolais affirmant que si le général Eyadéma n’était pas élu,  » les bêtes sauvages sortiraient des forêts « ),  » En attendant le vote des bêtes sauvages  » qui lui a valu le prix du livre Inter en 1999.

Mises à l’index

Kourouma est venu au monde en 1927 dans le Nord de la Côte d’Ivoire. Après des études à Bamako, au Mali, il sert dans l’armée française durant la guerre d’Indochine, puis part étudier à Paris et Lyon. Il retournera dans son pays après l’indépendance, nanti de solides convictions communistes et d’une épouse française. Exilé par Houphouët-Boigny dans l’Algérie des années 60, il retourne en Côte d’Ivoire à l’aube des années 70.

Le mathématicien de formation a déjà publié  » Les soleils des indépendance  » et s’attèle à une pièce de théâtre,  » Les diseurs de vérité « . Le régime de l’époque ne sera pas long à l’écarter du pays en le nommant directeur de l’Institut international des assurances de Yaoundé… au Cameroun où il passera dix ans de sa vie. Puis ce sera un poste équivalent au Togo, pour dix ans encore.

C’est à cette date qu’il publie  » Monné, outrages et défis « , nouveau brulôt des sociétés africaines post-coloniales.

Dernièrement, il avait déclaré que le refus de la junte du général Gueï par les Ivoiriens était exemplaire pour  » tous les pays africains « .

Commander le livre Edition du Seuil.