Kouchner ministre : l’Afrique en tête?

Si elle devait se confirmer, l’arrivée de Bernard Kouchner au Ministère des Affaires étrangères français serait une chance pour l’Afrique.

Nicolas Sarkozy avait promis des surprises, et il en prépare : la rumeur de l’arrivée de Bernard Kouchner au Quai d’Orsay n’est pas seulement une provocation qui fait grincer des dents à gauche, c’est aussi la marque d’une nouvelle manière d’envisager le rôle international de la France.

La diplomatie d’un homme d’action

En effet Bernard Kouchner n’est pas seulement un politique, c’est un homme d’action, partisan du devoir d’ingérence, qui a été un combattant humanitaire, avant de se voir confier de hautes responsabilités par l’ONU, puisqu’il fut notamment administrateur du Kosovo de 1999 à 2001…

Bernard Kouchner n’est pas un diplomate de métier, c’est un homme de conviction et d’engagement, qui sait que l’action seule donne réalité aux idées, et que la dénonciation feutrée des chancelleries ne suffit pas à faire cesser les injustices ou les guerres civiles.

Pragmatique et efficace, au service de valeurs sûres

C’est pourquoi il sera particulièrement intéressant de noter quelle sera l’attitude de la diplomatie française, sous sa conduite, face aux grands drames de notre époque, au Darfour aujourd’hui, ailleurs demain… La France devrait, s’il en incarne la présence à sa manière engagée et parfois frondeuse, y gagner en crédibilité.

Souhaitons que Bernard Kouchner sache rester fidèle, dans cette nouvelle fonction, à ce que furent ses engagements de toujours, à son pragmatisme, à sa capacité de révolte face à l’intolérable. L’Afrique pourrait alors y trouver un allié à la fois moderne, pertinent, efficace!