Kigali d’accord pour l’extradition du Père Guy Theunis

Le père Guy Theunis sera extradé prochainement en Belgique, a annoncé mercredi un porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères, précisant qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’une extradition, « mais d’un
transfert du Rwanda en Belgique ».

Le prêtre belge, accusé de complicité de génocide, avait
été arrêté le 6 septembre dernier à Kigali où il se trouvait en transit venant de Bukavu en RD Congo, en route pour Rome où il réside.

« Il s’agira d’un transfert parce qu’il n’existe pas de traité bilatéral d’extradition de prisonniers entre Kigali et Bruxelles », a indiqué le porte-parole, au cours du point de presse hebdomadaire du mercredi.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires
étrangères, le chef de la diplomatie belge, M. Karel De Gucht, s’est réjoui de l’accord positif donné par les autorités de Kigali pour transmettre le dossier de justice du Père Guy Theunis en Belgique où il pourra être jugé.

Les deux parties vont ouvrir des négociations pour examiner les conditions techniques devant aboutir au transfert du père Guy Theunis en Belgique, précise le communiqué.

Le Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, avait rencontré à New York, le président Paul Kagamé du Rwanda, en marge des travaux de la 60ème session de l’Assemblée générale de l’ONU.

Le chef du gouvernement belge avait demandé l’extradition du prêtre belge en Belgique afin qu’il soit jugé, sur la base de la loi de compétence universelle.

En vertu de cette loi, les tribunaux belges peuvent juger en Belgique des étrangers pour crimes contre l’humanité commis à l’étranger.

Dans le cadre de cette loi, 4 Rwandais, dont deux religieuses, avaient été jugés en mai/juin 2001 par la Cour d’Assises de Bruxelles qui les avait condamnés à de lourdes peines de prison. Récemment encore, 2 commerçants rwandais avaient été jugés et condamnés à Bruxelles sur la base de cette loi.

La Belgique vient de lancer un mandat d’arrêt international
contre l’ancien président tchadien, Hissène Habré, accusé de crimes contre l’humanité commis au Tchad durant sont régime. Hissène Habré vit en exil au Sénégal. S’il est extradé, il sera jugé en Belgique sur la base de la loi de compétence universelle.