Keziah Jones se livre cordes et âme

ttttttttttttt-2.jpg

Keziah Jones donne une série de concerts tout l’automne en France, le pays où il a été découvert il y a vingt ans. Le chanteur et guitariste nigérian, qui se produit le 13 novembre à l’Olympia, dévoile à cette occasion les titres de son dernier opus, Nigerian Wood. En escale à Paris, le prince du Blufunk a accordé une interview à Afrik.com. Il revient sur ses deux principaux centres d’intérêts : la politique et l’amour.

Keziah Jones montre de quel Nigerian Wood il se chauffe. Pour son dernier opus, le chanteur nigérian a choisi une production 100% américaine. Il a notamment fait appel au grand batteur Karriem Riggins, qui a donné à l’album une texture afro-beat, soul, funk et rock. Un métissage d’influences que Keziah Jones fera découvrir lors de sa tournée automnale en France, le pays où un manager inspiré l’a repéré il y a vingt ans… Décontracté et posé, le prince du Blufunk est revenu pour Afrik.com sur la conception de Nigerian Wood. Le guitariste parle aussi amour et politique…

Afrik.com : Comment définiriez-vous Nigerian Wood en comparaison avec vos autres albums ?

Keziah Jones :
Nigerian Wood est beaucoup plus développé musicalement. Mon écriture est bien meilleure dans le sens où j’ai pu mélanger mes deux principaux intérêts : la politique et les relations amoureuses. Pour la première fois, j’ai pu faire ça dans un album dans des chansons comme « African Androïd », « Long Distance Love » et « In Love Forever ». En termes de production, je me suis tourné pour la première fois vers des producteurs américains, ce qui signifie que j’ai bénéficié des meilleures techniques américaines. Le gars qui a produit l’album, Karriem Riggins, fait des sons pour des artistes comme Erykah Badu, J Dilla et Peanut Butter Wolf. Il est également batteur dans le monde du jazz. Nous avons pu discuter de la meilleure façon d’intégrer le rythme de ma guitare et il a ainsi créé de l’afro-beat rock-funk, de l’afro-beat soul-funk, comme dans « Pimpin » ou « Beautifulblackbutterfly », ou un rock décalé, comme dans « 1973 ». A ce stade de ma carrière (mon cinquième album), j’ai prouvé tout ce que j’avais à prouver. Vous vous souviendrez que j’ai commencé très tôt, très jeune (Blufunk is a Fact est sorti en 1992). J’ai donc déjà établi beaucoup d’influences, beaucoup de lois en ce qui concerne la façon de jouer de la guitare. J’ai prouvé ce que je voulais, je suis un grand guitariste. Du coup, la guitare prend un peu une position secondaire pour laisser plus de place aux instruments à touches et aux instruments à vent parce que je voulais faire un album holistique.

aaaaaaaaaaaaa-2.jpgAfrik.com : On ressent beaucoup l’influence de Fela dans votre travail, mais aussi de Jimi Hendrix et de James Brown… Pourquoi avez-vous choisi ces artistes ?

Keziah Jones :
Ce n’est pas tant que je les ai choisis. En fait, ce sont eux qui m’ont choisi. Je suis né en 1968. Cette année-là en particulier, dans le monde entier, les artistes nigérians étaient très actifs. Au Nigeria, Fela affinait sa musique. A cette période, j’étais un jeune garçon et il avait déjà son concept d’afro-beat et de musique politique. Dans le même temps, mes frères écoutaient les Jackson Five, Brothers Johnson, James Brown, Flying Stone, Peter Tosh, Bob Marley… Le Nigeria était par ailleurs tout juste indépendant, riche, et il y avait de nombreux festivals. Il y a avait le Fespac, où Stevie Wonder est venu, et Fela avait son anti-Fespac au lieu de pèlerinage. […] [Ces artistes] m’ont choisi parce qu’ils appartiennent à l’environnement phonique et radio dans lequel j’ai grandi. […] 1977 symbolisait juste la fin du punk et le commencement du ska, alors j’en ai écouté beaucoup. Ensuite, au début des années 80, mes amis et moi écoutions beaucoup David Bowie, beaucoup de la nouvelle musique romantique, vous savez, cette musique anglaise… […] C’est simplement à cause de mon environnement que ma musique, que j’appelle le Blufunk, essaye de refléter ces influences avec lesquelles j’ai grandi. C’est-à-dire la musique africaine-américaine, la musique nigériane traditionnelle, la musique nigériane urbaine moderne, comme l’afro-beat, et une sorte de pop anglaise de la fin des années 30 et du début des années 80.

Afrik.com : Comment en êtes-vous arrivé à créer votre propre style, le Blufunk ?

Keziah Jones :
Il n’a été créé que très tard. Je joue de la musique depuis que j’ai environ huit ans. J’ai commencé par la clarinette et ensuite j’ai joué du piano. [Le Blufunk est vraiment né quand] j’ai commencé la guitare à environ 16 ans, que j’ai décidé de quitter l’école, de me rendre à Londres et de trouver ma voie alors que je vivais dans des squats et prenais du plaisir à jouer dans la rue. Le Blunfunk est né à ce moment précis parce que c’est dans la rue que j’ai décidé de l’inventer. Dans la rue, vous jouez pour des passants et vous devez littéralement les arrêter. Et comment je peux faire ça ? Il faut que je crée du spectacle. Parce que j’étais tout seul, j’ai décidé de créer un style de musique dont je pourrais jouer toutes les partitions en même temps. C’est ce que j’appelle le Blufunk […] : on joue la ligne de guitare, la ligne de basse et la ligne de percussion en même temps. Donc je m’accompagne moi-même. Et parce que je devais aussi me faire entendre malgré la circulation et les autres musiciens, je devais chanter de manière réfléchie et très fort. C’est devenu une sorte de blues chanté fort et, au niveau de la guitare, un genre de funk et de percussions africaines. C’est comme ça que j’ai mis au point le Blufunk. […] Le Blufunk était aussi ma mentalité et ma philosophie parce que, à cette époque, je vivais au jour le jour. N’ayant pas d’argent, vivant dans des squats et dormant dans des endroits différents, il fallait adopter un état d’esprit serein, cool et gai selon lequel tout ce qu’on désire et tout ce qu’on imagine assez fort se produira (rires). […]

ttttttttttttt-2.jpgAfrik.com : Vous vous intéressez à la politique mais aussi à l’environnement. Vous définiriez-vous comme un militant politique et environnemental ?

Keziah Jones :
[…] En ce qui concerne le militantisme musical et politique, nous avons déjà eu des exemples du fait que ça ne marche pas. Fela en est un parfait exemple. Il a essayé d’utiliser la musique comme outil militant. Ce qui se produit alors c’est que l’aspect musical se perd et que l’aspect politique prend le dessus. Au final, vous vous faites enfermer pour vos croyances. C’est un fait. Ayant connu Fela toutes ces années, je pense que son travail a été reconnu pour l’un ou l’autre (la musique ou la politique, ndlr), mais qu’en essayant de faire les deux à la fois, ce qu’il faisait avait bien moins de rapport avec la musique. Mais tout le monde à son avis. Je pense que la musique peut aider à changer les choses mais je crois qu’en termes de politique la musique ne peut pas vraiment provoquer une avancée ou une révolution. Je pense que nous devons tous nous asseoir et penser à la meilleure façon de procéder. Je ne suis pas un militant, mais je pense sincèrement que l’environnement est probablement le problème le plus important auquel tout le monde doit faire face, et ça va au-delà de la politique. L’une des chansons de l’album, « Unintended Consequences », traite de ce problème. […] Mais quant à agir à un autre niveau et militer, je ne crois pas, comme le pensait Fela, que la politique soit le meilleur moyen de changer la situation des Hommes. Je crois plus dans une approche sociale et à la prise de conscience pour changer notre environnement. Et c’est là-dessus que je travaille pour moi-même avant d’essayer d’être militant. Et c’est là-dessus que j’ai travaillé toutes ces années.

Afrik.com : Pour en revenir à votre autre intérêt, pourquoi l’amour est-il si important pour vous ?

Keziah Jones :
Et bien, étant nigérian, l’idée d’amour ou d’amour romantique n’était pas donnée ou montrée comme une possibilité. Il y avait plutôt des devoirs et des responsabilités. Vous grandissez, vous allez à l’école, vous passez vos diplômes, vous vous mariez. Parce que c’est pratique, vous choisissez une fille de votre pays. Mais ayant été libre très tôt, j’ai mes propres idées. Je crois que nous devrions tous pouvoir choisir qui nous voulons épouser et l’amour devrait être quelque chose de spontané qui jaillit de deux personnes, plutôt que quelque chose qui les rassemble et les ennuie plus tard à cause des obligations… Je l’ai observé dans ma famille, chez des amis et chez tous ceux qui nourrissent cette opinion culturelle […]. Je crois que c’est aussi politique, en fait, et c’est ce que ce que j’essayais de dire dans cet album : la façon dont vous vous comportez avec les gens est basée sur votre culture ou sur la façon dont vous avez grandi. Je crois vraiment qu’il faut que nous trouvions un moyen de communiquer et d’avoir des rapports beaucoup plus équilibrés entre les hommes et les femmes, entre les cultures. Et l’amour est le vecteur sous-jacent. Je ne parle pas des choses sentimentales mais de la compréhension et du respect réel et profond des uns pour les autres. C’est ce que j’appelle l’amour. […] S’il y avait beaucoup d’amour, nous ne battrions pas nos enfants – comme vous le savez, les Africains corrigent leurs enfants, par exemple -, ils ne deviendraient pas aussi violents les uns avec les autres.

appppppppppppppppppp.jpgAfrik.com : « My Kinda Girl » est-il un appel pour le genre de fille que vous recherchez ?

Keziah Jones :
En fait, c’était un commentaire ironique concernant le genre idéal de femme. Lorsque vous demandez aux gars « quel genre de femme tu aimes ? », ils donnent de nombreuses qualités qui semblent correspondre à beaucoup de gens différents, parce qu’une seule personne ne peut clairement pas toutes les avoir. En tant qu’homme, je le fais aussi. C’est amusant et j’ai pensé que je devais écrire à propos de ce problème parce que moi, africain, et nous les gars en général nous sommes éduqués à penser d’une certaine façon, à nous comporter d’une certaine façon. Alors je me suis dit : « Pourquoi pas l’écrire dans une chanson ? ».

Afrik.com : Vous avez collaboré aux albums d’Angélique Kidjo et d’Amadou et Mariam. Prévoyez-vous de faire de même avec des artistes nigérians, comme Ayo, Nneka, Asa… ?

Keziah Jones :
J’ai entendu Asa jouer au Bataclan la nuit dernière et je la connais depuis le Nigeria, depuis Lagos. Nous avons joué avec elle en live et je l’inviterai à l’Olympia quand j’y jouerai. Donc il y a possibilité de travailler avec elle. Seun Kuti, que j’ai rencontré dans un festival à La Réunion, est un gars à qui je pense pour pousser l’afro-beat dans une autre direction. J’aimerais travailler avec lui et il a exprimé la même envie. J’ai travaillé avec Femi Kuti sur son dernier album, qui sort je crois l’année prochaine. Sur deux ou trois chansons, j’ai joué de la guitare. Je suis ouvert au fait de me partager sur le plan musical parce que je pense qu’il est dans notre intérêt que nous travaillions tous ensemble. En ce moment, il y a un nouveau mouvement nigérian […] et je pense qu’au final je collaborerai avec beaucoup d’artistes africains dans le futur.

La vidéo de l’interview: :

Photos : JB Mondino