Kenya : Uhuru Kenyatta, premier président élu poursuivi par la CPI

L’actuel président du Kenya, Uhuru Kenyatta est poursuivi par la Cour Pénale Internationale (CPI) pour crimes de guerre. Des poursuites judiciaires qui risquent de compromettre tous ses projets pour son pays.

« Nous n’abandonnerons pas les charges ». La déclaration est sans équivoque. Elle provient du procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI), Fatou Bensouda. Une déclaration austère qui ne s’adresse qu’à un seul homme : Uhuru Kenyatta, le président élu du Kenya.

A peine élu à la tête du Kenya le 9 mars 2013, Uhuru Kenyatta doit faire face à deux défis : remettre sur les rails un pays qui a accusé un grand retard politique et répondre aux accusations dont il fait objet. A quelques jours de son élection, la nouvelle est perçue comme un coup de massue par les Kényans.

« Les preuves sont défectueuses »

Le 11 mars dernier, la CPI décide d’abandonner les accusations contre Francis Muthaura, ancien chef du service public et co-accusé d’Uhuru Kenyatta. La procureure Fatima Bensouda juge que les preuves sont insuffisantes pour conduire à sa condamnation.

Les accusations contre Uhuru Kenyatta restent toujours maintenues. Ses avocats sont sur le pied de guerre. Ils demandent à la CPI d’abandonner les charges de crimes contre l’humanité retenues contre leur client dans le cadre des violences postélectorales de 2007-2008.
« Les preuves sur lesquelles l’accusation compte s’appuyer sont complètement défectueuses », déclare son avocat Steven Jay dans un communiqué du parti de l’Unité nationale.

La CPI ne vacille pas

La défense de l’actuel président kényan ne fait pas trembler la CPI. La procureure reste campée sur sa position. « La question n’est pas de savoir s’il ira devant le tribunal, mais quand il ira devant le tribunal », a-t-elle martelé en marge de la conférence organisée par l’Académie internationale et l’International Herald Tribune. Elle déplore « le manque de coopération du gouvernement kenyan » et pointe du doigt la délicate question des témoins. « Le Kenya est la situation la plus compliquée que notre bureau ait à traiter », a-t-elle lancé.

Uhuru Kenyatta est poursuivi pour crimes contre l’humanité à la suite de l’élection présidentielle de 2007. Des confrontations entre partisans de Mwai Kibaki et Raila Odinga avaient alors fait plus de 1500 morts et 300 000 déplacés. Son procès s’ouvre le 9 juillet prochain et devra durer jusqu’à deux ans.