Kenya : les shebab frappent encore et font au moins 10 morts

Au moins dix personnes ont été tuées dans un nouvel attentat qui a eu lieu sur la côte kényane. Il a été revendiqué par les insurgés somaliens shebab.

Décidément, le Kenya n’est pas au bout de ses peines. Après l’attentat de dimanche dans la localité de Mpeketoni qui a fait 49 morts, au moins dix personnes ont été tuées dans une nouvelle attaque perpétrée en pleine nuit, dans le village de Poromoko, près de la côte kényane, a annoncé, ce mardi, la police. Un attentat revendiqué par les insurgés somaliens shebab.

Selon la police, il s’agit des mêmes hommes armés, apparemment du même commando, que celui qui avait tué, dimanche soir, au moins 49 personnes, dans la localité de Mpeketoni, près de l’archipel touristique de Lamu (est). De son côté, une porte-parole de la police nationale kényane, Zipporah Mboroki, a confirmé cette nouvelle attaque mais sans donner de bilan. « Nos policiers essaient d’accéder au lieu de l’attaque et les informations restent partielles ».

Le Kenya, « zone de guerre »

Les shebab ont, pour leur part, affirmé à l’AFP avoir tué « 20 personnes. Nous avons mené une nouvelle attaque la nuit dernière. Nous avons tué 20 personnes, principalement des policiers et des gardes forestiers kényans. Les membres du commando se sont rendus dans plusieurs endroits à la recherche de soldats ». Selon leur porte-parole Abdulaziz Abu Musab, « les membres du commando ont accompli leur devoir et sont rentrés tranquillement à leur base », sans toutefois préciser si cette « base » se situe au Kenya ou en Somalie voisine, située à une centaine de kilomètres au nord du lieu des attentats.

En revendiquant hier l’attentat de Mpeketoni, les insurgés somaliens avaient promis de nouvelles attaques contre le Kenya, dont l’armée combat en Somalie. Les shebab avaient aussi menacé les touristes, les appelant à éviter le Kenya, qu’ils considèrent comme « zone de guerre ».