Kenya : le Vice-président William Ruto cité dans une affaire de corruption liée au Covid-19

William Ruto et le Président Uhuru Kenyatta

Le Vice-président du Kenya, William Ruto, pourrait être entendu dans l’affaire de corruption présumée et de détournement d’un matériel destiné aux établissements médicaux, portant sur quelque 400 millions de dollars.

Au Kenya, l’enquête sur le détournement présumé des fonds destinés à la lutte contre le Coronavirus a mis plusieurs responsables politiques et hommes d’affaires dans une situation peu enviable. Cette semaine, devant le Parlement, plusieurs officiels ont déjà été auditionnés.

Comme eux, le Vice-président, William Ruto, pourrait, lui aussi, être entendu dans cette affaire de corruption présumée, pour réponde à la volonté de nombre d’hommes politiques qui en ont fait une exigence. Il se dit que quatre cent millions de dollars de fournitures médicales essentielles auraient été dérobés et détournés de leur destination première.

Le chef du parti au pouvoir, David Murathe, a donné cette information aux relents de bombe, en premier, en marge d’une interview accordée à la presse locale. Il appelle ainsi la commission d’éthique et de lutte contre la corruption à auditionner le Vice-président en personne.

Il considère, en effet, que William Ruto entretient des relations très étroites avec la société citée comme étant le cerveau de l’enquête sur le détournement des fonds destinés à la lutte contre le Coronavirus. Le Vice-président du Kenya n’en est pas à sa première implication dans une affaire de corruption. Les résultats d’un sondage révèlent, en effet, que les Kenyans le considèrent comme l’homme politique le plus corrompu du pays.

Cette affaire de corruption est au cœur des débats dans plusieurs grandes villes du pays. Il a même été noté des manifestations des populations pour exiger que la vérité soit dite et que les fautifs soient punis. Scandalisés, les médecins des hôpitaux publics sont en grève. Au moment où beaucoup d’établissements médicaux souffrent d’un manque criard de matériel pour faire face à l’afflux des malades du Covid-19.