Kenya : le Président Uhuru Kenyatta s’en prend à la CPI

Le Président kényan Uhuru Kenyatta, lors d’un rassemblement, ce mercredi, a critiqué la Cour pénale internationale. Il a par ailleurs apporté son soutien à son Vice-président Willam Ruto poursuivi par l’institution judiciaire.

Ces dernières semaines, la Cour pénale internationale (CPI) subit de vives critiques. En effet, après l’Afrique du Sud qui accuse la CPI d’avoir violé ses droits en tant que pays signataire du Traité de Rome, ce mercredi, c’est le Président kényan Uhuru Kenyatta qui fustige l’institution judiciaire en s’en prenant à ses juges, lors d’une série de rassemblements de prières organisée pour soutenir le Vice-président William Ruto poursuivi par la CPI.

Uhuru Kenyatta a déclaré que « les Kényans sont fatigués par la CPI et que les rassemblements de prières organisés dans tout le pays par des politiciens de la coalition au pouvoir en faveur du Vice-président William Ruto vont se poursuivre ». Le Vice-président kényan et Joshua Sang, un journaliste radio, font face à des accusations de crime contre l’humanité liées à la violence post-électorale de 2007 qui a fait au moins 1 300 morts et environ 600 000 personnes déplacées.

Les juges en charge du dossier du Vice-président du Kenya ont mis en garde les politiciens kényans qui utilisent les rassemblements de prière pour faire des commentaires abusifs. Le président de la Cour, le Chilien Eboe-Osuji, a déclaré que les juges de la CPI en charge du dossier ne seront pas intimidés par les politiciens kényans.

Les juges de la CPI ont mis en garde contre ce qu’ils ont décrit comme un flux incessant de clameurs visant à influencer le résultat de l’affaire par l’intimidation des juges.