Kenya : le chef d’un réseau de trafic d’ivoire arrêté en Tanzanie

Le chef présumé d’un vaste réseau de trafic d’ivoire au Kenya, figurant parmi les neuf personnes les plus recherchées au monde par Interpol pour « crimes contre l’environnement » a été interpellé en Tanzanie.

Le parquet kényan a annoncé, ce lundi, que Feisal Mohamed Ali, le chef présumé d’un vaste réseau de trafic d’ivoire au Kenya, figurant parmi les neuf personnes les plus recherchées au monde par Interpol pour « crimes contre l’environnement », a été arrêté en Tanzanie. « Feisal Mohamed Ali a été arrêté par des agents d’Interpol à Dar es Salaam, lundi soir », a annoncé le Bureau kényan de la Direction des poursuites (DPP), dans un communiqué.

Feisal Mohamed Ali est un homme d’affaires de Mombasa. Il a été inculpé en juin dernier, après la découverte dans un entrepôt de la ville, la deuxième du Kenya et qui abrite le principal port d’Afrique de l’Est, de plus de deux tonnes d’ivoire, dont 228 défenses d’éléphants entières, rapporte l’AFP. Deux de ses complices présumés, Abdul Halim Sadiq et Ghalib Sadiq Kara, avaient également été arrêtés, mais Feisal Mohamed Ali, soupçonné d’être le chef du réseau, avait réussi à prendre la fuite.

En octobre dernier, Interpol a lancé une vaste opération nommée « Infra-Terra », visant 139 suspects de crimes environnementaux en fuite, recherchés par 36 des 190 pays membres de l’organisation internationale de coopération policière. « Infra-Terra » est la première opération d’Interpol ciblant des personnes spécifiquement recherchées pour des crimes contre l’environnement. De même, Interpol avait émis, en novembre, un appel mondial au public pour l’aider à localiser neuf des suspects les plus recherchés, parmi lesquels Feisal Mohamed Ali.

Le trafic d’ivoire fait des ravages en Afrique où les éléphants sont de plus en plus menacés d’extinction. Plusieurs ONG se mobilisent contre ce fléau, mais sans succès.