Kenya : Attirer les films et les touristes

Le Kenya a été mis à l’honneur à la 75ème cérémonie des Oscars, à Hollywood, à travers le film allemand Nowhere in Africa de Caroline Link. Entièrement tourné au Kenya, il constitue un argument touristique et cinématographique de taille. D’autant plus que la destination Kenya est proscrite par les Américains et que l’Afrique du Sud fait du charme pour accueillir plus de tournages.

Nirgendwo in Afrika (Nowhere in Africa, ndlr) a été primé meilleur film étranger à la 75ème cérémonie des Oscars qui a eu lieu, à Los Angeles (Etats Unis), le dimanche 23 mars dernier. Le film allemand réalisé par Caroline Link, entièrement tourné au Kenya, est une véritable carte postale du pays. Les industriels du film et du tourisme kenyan sont heureux de la publicité que leur apporte cette distinction. Nowhere in Africa est l’histoire vraie d’une famille juive allemande qui fuit le nazisme en 1938 pour s’installer dans une ferme au Kenya. Regina, leur fille, se lie immédiatement d’amitié avec leur cuisinier kenyan Owuor, aux côtés de qui elle se familiarise à la langue et aux coutumes locales.

L’Afrique de l’Est à l’honneur

Ce regain d’intérêt pour le Kenya intervient au moment où la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont interdit à leurs ressortissants de se rendre dans le pays. Ce qui a par ailleurs pour conséquence de détourner les tournages sur l’Afrique du Sud. En effet, depuis quelques années, la destination Afrique du Sud est plébiscitée pour les tournages de cinéma. Une situation embarrassante pour le Kenya.

D’autant plus que le Kenya n’a pas été le seul à avoir retenu l’attention lors de la récente édition des Oscars. La Tanzanie avec About Schmidt (M.Schmidt, ndlr), avec Jack Nicholson, était également sous les feux des projecteurs. C’est en effet un jeune Tanzanien qui aide Mr Schmidt à voir la vie autrement après la mort de sa femme. Le Kenya et la Tanzanie sont depuis toujours en compétition pour accueillir les décors des films étrangers. Les deux pays ont en effet une flore et une faune similaires. Une rivalité qui finit souvent à l’avantage du Kenya.

L’Afrique du Sud, cet outsider

Dernier exemple en date, le documentaire de la BBC intitulé The Big Cat Diary, qui devait à l’origine se tourner dans le parc national du Serengeti, a finalement eu pour cadre celui du Maasai Mara. Par ailleurs, selon The East African, il revient 40% moins cher de tourner un film au Kenya qu’en Tanzanie. Le Kenya s’inscrit en effet dans une longue tradition de tournages qui lui vaut une expertise en matière d’organisation, d’infrastructures et de qualité artistique et technique. Le Kenya aurait reçu, cette année, trois propositions de tournage de films étrangers, rapporte un hebdomadaire régional.

Pendant que les deux frères ennemis se chamaillent, l’Afrique du Sud fait du charme au cinéma étranger. Dernier soufflet sud-africain : le tournage du film français, Le Lion, qui devait se faire au Kenya. Cependant, l’authenticité kenyane semble fortement prisée. Ainsi, Caroline Link, dans Voice of America, affirmait qu’elle avait préféré tourner dans le décor originel de son histoire alors que l’Afrique du Sud jouissait d’une meilleure infrastructure. Un choix catégorique qui n’a pas été fait dans le cadre de Je rêvais d’Afrique, inspiré de l’histoire vraie de Kuki Gullmann qui a été tourné en territoire sud-africain. Dans tous les cas, Nowhere in Africa est bien parti pour avoir le même impact sur le tourisme kenyan qu’Out of Africa en son temps.