Kenya : Annan remplace Kufuor dans la médiation post-électorale

John Kufuor et Jendayi Frazer ont quitté Nairobi ce jeudi après avoir échoué à réunir Mwai Kibaki et Raila Odinga autour d’une même table. Kofi Annan, l’ancien secrétaire général de l’ONU, a pris le relais.

Avec Panapress, à Nairobi

Le président de l’Union africaine (UA), le Ghanéen John Kufuor, a quitté le Kenya, ce jeudi, après avoir tenté en vain de réunir autour d’une même table le président Mwai Kibaki et le patron du Mouvement démocratique orange (ODM), Raila Odinga, qui estime que sa victoire aux dernières présidentielles lui a été volée.

Kofi Annan, l’ancien secrétaire général des Nations Unies, a immédiatement pris le relais de efforts de médiation de son compatriote. La secrétaire d’Etat adjointe américaine aux Affaires africaines, Jendayi Frazer, qui tentait depuis une semaine d’amener les rivaux kenyans à un accord, a elle aussi quitté Nairobi dans la nuit de jeudi à vendredi.

Déjà, sous les auspices de Kofi Annan, une rencontre entre les deux responsables politiques est prévue ce vendredi, pour discuter des voies et moyens pour mettre fin aux sanglantes violences post-électorales, mais non sur le partage du pouvoir. Selon le président Kufuor, les deux parties ont accepté de travailler ensemble avec un comité composé d’éminentes personnalités africaines avec à leur tête Kofi Annan, en vue de dissiper la crise entre les deux hommes et entreprendre des réformes électorales et constitutionnelles.

L’opposition dénonce la non signature d’un accord avec Kibaki

Jeudi soir, le porte-parole du gouvernement kenyan, Alfred Mutua, a réaffirmé à l’AFP qu’« il n’y a pas de crise [nécessitant] des médiateurs » au Kenya, mais que les autorités « sont prêtes à accueillir toute personne qui souhaite faciliter le dialogue ». Le principal parti d’opposition du Kenya, l’ODM, demande une nouvelle élection présidentielle ou un nouveau décompte des votes. Il soutient par ailleurs que les négociations ont échoué à cause du refus du gouvernement de signer un accord trouvé durant les négociations.

Le président Kufuor aurait présenté à son homologue kenyan « un accord accepté » par les représentants des parties en conflit. « Mais M. Kibaki a refusé de le signer, affirmant ne rien connaître de cet accord, ni être en contact avec les personnes qui négocient en son nom », a affirmé jeudi à la presse le secrétaire général du Mouvement démocratique orange (ODM) de Raila Odinga, Anyang Nyongo. « Cet accord a été préparé à l’issue des consultations extensives auxquelles a pris part le représentant de la Banque mondiale, Collin Bruce, en guise de facilitateur », a-t-il ajouté. Selon des indiscrétions, l’accord en question aurait laissé la possibilité de réfléchir à l’organisation de nouvelles élections.