Katoucha : les flots auraient livré la dépouille de « La princesse peule »

Un cadavre signalé ce jeudi après-midi à la Brigade fluviale de Paris pourrait être celui de Katoucha, l’ex-égérie du couturier Yves Saint Laurent, disparue il y a près d’un mois. La police attend l’identification du corps pour confirmer l’information.

Un corps retrouvé ce jeudi, aux environs de 13h, dans la Seine, au niveau du pont du Garigliano, entre le XVe et le XVIe arrondissement de Paris, pourrait être celui de l’ancienne top model Katoucha. L’égérie d’Yves Saint Laurent, dans les années 80, avait disparu le 1er février après avoir été déposée par des amis, à proximité du Pont Alexandre III, où est amarrée sa péniche. Son sac avait été trouvé près de l’entrée de sa demeure.

L’information sera confirmée après les analyses de rigueur

Les enquêtes pour la retrouver avaient été abandonnées quelques jours après sa disparition. C’est un passant qui a signalé le corps à la Brigade fluviale. La police attend encore d’analyser les « empreintes digitales ou dentaires » pour confirmer que c’est la dépouille de Katoucha Niane qui a été livrée par les flots. L’autopsie sera effectuée vendredi et viendra peut- être confirmer l’une des thèses privilégiées pour expliquer sa disparition : la noyade. Le mannequin de 47 ans ne savait pas nager et sortait d’une soirée arrosée.

Katoucha Niane est la fille de l’écrivain et historien guinéen Djibril Tamsir Niane. Sa famille n’a jusqu’ici fait aucun commentaire sur sa disparition. « La princesse peule », qui venait de publier son autobiographie intitulée Dans ma chair, aux éditions Michel Lafon, s’était consacrée depuis la fin de sa carrière à la lutte contre l’excision. Un drame, que l’une des premiers mannequins noirs à avoir arpenté les podiums de l’Hexagone, avait relaté dans ce livre qui pourrait désormais faire figure d’adieu à ses proches et amis.