Kagamé président

Paul Kagamé s’est proclamé vainqueur, avant les résultats définitifs du scrutin des élections présidentielles rwandaises. Les dépouillements partiels sont font état de 94,3 % de votes en sa faveur, avec une participation massive des votants. Dès lundi soir, le nouveau Président a organisé une grande soirée électorale au stade de Kigali où la population a manifesté sa joie.

Paul Kagamé, du Front patriotique rwandais (FPR), est reconduit à la présidence du Rwanda. Anticipant les résultats définitifs du scrutin, il a organisé dès lundi soir une grande soirée électorale au stade Amahoro (Paix) de la capitale, devant plus de 15 000 Rwandais en liesse. En effet, selon les derniers sondages, les Rwandais ont participé massivement au vote avec une taux de participation de plus de 80%.

D’après des résultats partiels, ils ont réitéré leur confiance envers le président sortant, gratifié de 94,3% des suffrages. Kagamé a déclaré : « Notre victoire signifie que nos opposants eux-mêmes doivent se joindre à nous pour reconstruire le pays. » Tutsi de 46 ans, il est à la tête du pouvoir depuis le génocide de 1994 où près d’un million de personnes issues de la minorité tutsi et des Hutus modérés ont été massacrées.

Premières élections pluralistes

Les 350 observateurs internationaux n’ont noté aucun incident majeur ou d’irrégularités, au cours de ces premières élections pluralistes depuis l’Indépendance de l’ancienne colonie belge en 1962. Les deux principaux adversaires de Kagamé, Faustin Twagiramungu – Hutu modéré et ancien Premier ministre (1994-95) – et Jean Nepomuscene Nayinzira, ont récolté respectivement et provisoirement 3,5 et 1,5% des voix.

Néanmoins, Twagiramungu a contesté ce vote : « Je n’accepte pas cette élection […] Ce n’est pas de la démocratie. Ils essaient d’imposer un système staliniste de parti unique. Presque 100%? C’est impossible. Je vais écrire une lettre à la Cour suprême. » Durant la période de campagne, Kagamé n’avait pas hésité à accuser ce dernier de faire du divisionnisme ethnique.