Justine Sacco et son tweet : la blague de trop sur le sida en Afrique !

« Ah, si je savais !  » Sauf que cela semble toujours trop tard, surtout pour Justine Sacco qui a été un peu loin dans sa blague. « Je pars pour l’Afrique. J’espère que je ne vais pas attraper le sida. Je plaisante, je suis blanche! »

Pour avoir fait une blague de mauvais goût, Justine Sacco, responsable de communication d’un grand groupe de médias, en a fait les frais. Elle est aujourd’hui traquée par les internautes.

Justine Sacoo a été l’auteure de ce tweet qui a fait vivement réagir le réseau social. « Je pars pour l’Afrique. J’espère que je ne vais pas attraper le sida. Je plaisante, je suis blanche ! », a twitté Justine Sacco juste avant d’embarquer dans l’avion qui allait la conduire de Londres à Cape Town, en Afrique du Sud. Ce brin d’humour assez douteux a suscité une vague de protestations de twittos qui se sont mobilisés pendant les dix heures qu’a duré le vol de Justine Sacco.

Ainsi, entre-temps, le hashtag « Justine a-t-elle atterri ? » a vu le jour, imaginant la réaction de l’intéressée en découvrant l’ampleur pris par son tweet. AIC, la société pour laquelle elle travaille, a en outre supprimé toute référence à son employée indélicate sur son site. Certains internautes estiment que le contrat qui la liait à son employeur a été rompu. Enfin, le nom de domaine justinesacco.com a été déposé par une ONG et mène vers un site permettant de faire des dons pour la lutte contre le sida.

7SUR7 indique que lorsqu’elle est arrivée en Afrique du Sud, Justine Sacco a supprimé son compte Twitter ainsi que son compte Facebook et aucun média n’a encore réussi à la joindre. Sauf qu’un twitto affirme l’avoir aperçue à l’aéroport de Cape Town.