Julius Malema, le mal aimé de l’ANC

Julius Malema a définitivement été exclu du Congrès national africain mardi soir au terme d’une procédure disciplinaire qui avait débuté en août 2011. L’ancien leader de la jeunesse du parti, dont l’ascension politique a été fulgurante, est connu pour son attitude controversé. Portrait d’un homme qui a fait de la provocation sa seconde nature.

La sentence est tombée mardi soir. Julius Malema a perdu la bataille. Il quitte le navire du Congrès national africain (ANC, parti au pouvoir) au terme d’une procédure disciplinaire qui avait commencé en août 2011. L’ANC, parti historique de la lutte contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud, dont Nelson Mandela a été la première figure emblématique, a finalement décidé de l’exclure définitivement de ses rangs. Le parti au pouvoir accuse le leader de la jeunesse d’avoir fomenté des divisions et terni sa réputation.

Les accrochages entre l’ANC et son ancien leader de la jeunesse ne datent pas d’aujourd’hui. Julius Malema, qui avait été suspendu en novembre dernier, comparaissait en comité de discipline pour avoir interrompu une réunion des dirigeants de l’ANC en août 2011, mais aussi appelé le Botswana à changer de régime qu’il a qualifié de « marionnette des Américains ». Il avait par ailleurs accusé le président Jacob Zuma d’avoir fait impasse sur la politique africaine et contribué au recul de la démocratie en Afrique du Sud.

Un engagement dans la politique à l’âge de 9 ans

Nommé en 2008 leader de la jeunesse de l’ANC, Julius Malema a joué un rôle clé dans l’ascension du dirigeant sud-africain lors des élections de 2009. Très proche de Jacob Zuma à ses débuts, il participe régulièrement à ses campagnes, clamant devant les foules qu’il « serait prêt à tuer pour Zuma ! ». L’orateur, connu pour son franc-parler, séduit très rapidement les couches les plus pauvres et marginalisées de la population. Une grande partie de la jeunesse touchée par le chômage lui voue un véritable culte. Depuis le début de son bras-de fer avec le parti, plusieurs centaines de jeunes se sont souvent mobilisés pour le soutenir et contester les sanctions prises à son encontre. Une notoriété qu’il n’hésite pas à utiliser pour jouer les trouble-fête.

Crâne rasé, le regard déterminé, Julius Malema s’est depuis son plus âge intéressé à la vie politique. Né en 1981 dans la province de Limpopo, élevé par sa mère, une employée domestique, il dit avoir rejoint l’ANC lorsqu’il avait 9 ans. Il se forme à la résistance armée quelques années après la libération de Nelson Mandela. Dès 14 ans, il est nommé directeur général de la Ligue de la jeunesse. Une nomination qui lui permet de gagner du terrain dans les mouvements étudiants avant de devenir le chef de file du Congrès national des étudiants en 2001.

Des discours controversés

Le jeune homme s’impose rapidement comme un acteur pesant dans la vie politique, agaçant les membres de son parti. Il multiplie les frasques et les confrontations avec la justice. Ses diatribes enflammées, qualifiés de raciale à l’encontre des blancs, marquent les esprits. Il propose des mesures radicales, comme la nationalisation des mines, et saisi des fermes de propriétaires blancs. Le leader va plus loin. En 2010, il chante une chanson de protestation utilisée durant l’apartheid qui appelle « à tuer les Boers » (fermiers blancs). Il écope alors d’une plainte pour incitation à la haine, qu’il rejette immédiatement, créant à nouveau la polémique.

En avril 2010, ses relations avec le président sud-africain se détériorent. Zuma désavoue publiquement ses propos provocateurs. Julius Malema n’entend pas rester les bras croisés. La provocation semble être une seconde nature chez lui comme si elle lui permettait de renaître de ses cendres. Et les Sud-africains sont nombreux à apprécier sa désinvolture. Dans la même année, il s’en prend violemment à un journaliste blanc de la BBC qui l’accuse de jouer à un double jeu, faisant référence au fait qu’il réside dans un quartier aisé de Johannesburg. Heurté par ses propos, Julius Malema le qualifie de « bâtard » qui a une « tendance de Blanc (…) à attaquer les Noirs ».

L’ancien guide des jeunes de l’ANC fait aussi l’objet d’accusations concernant ses relations douteuses avec le monde des affaires. Soupçonné de corruption, les autorités mènent des enquêtes pour déterminer comment il s’est enrichi en quelques années.

Alors que certains estiment que son exclusion de l’ANC est une aubaine pour Jacob Zuma, qui pense qu’en reprenant les rênes du parti il assurera sa propre réélection à la tête du pays, d’autres regrettent son départ forcé. Julius Malema, qui a bousculé ces dernières années la politique sud-africaine, bénéficie encore du soutien d’une grande partie de la population et d’alliés au sein du parti. Il serait prématuré d’entérrer sa vie politique.

Lire aussi :

 Afrique du Sud : Julius Malema fait marcher les jeunes de l’ANC