Journées Tunisiennes n°5

Aux façades blanches, bleues les persiennes, bleues les ferronneries et les tuiles vernissées comme le ciel de midi éclaboussant les maisons.

Je me rappelle avoir vu, il y a très longtemps, des lettres de Klee à Kandinsky ; elles contenaient des aquarelles d’une finesse exquise.

Quelque chose s’est perdu de Sidi Bou Saïd.

Lire l’article : Carnet de voyage : « Les vrais paradis sont les paradis qu’on a perdus », Marcel Proust .

Copyright photo et texte : Flore/ L’Oeil de l’Esprit

Pour en savoir plus, rendez vous sur le site de Flore