Journée mondiale de l’eau : l’Ethiopie aux prises avec un scandale international

Près de 400 organisations ont signé une pétition contre le plus haut barrage d’Afrique qui sera remise aux ambassades d’Ethiopie en France, en Allemagne, en Italie, en Belgique, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis le 22 mars pour marquer la journée mondiale de l’eau.

Au moins huit tribus éthiopiennes et près de 300 000 riverains du célèbre lac Turkana sont menacés par le barrage de Gibe III sur la rivière Omo.

L’ouvrage qui, selon le gouvernement éthiopien est achevé à 40%, perturbera le phénomène de crues naturelles indispensables aux systèmes agricoles traditionnels des tribus de l’Omo. Si les autorités prétendent aujourd’hui qu’une ‘crue artificielle’ résoudra le problème, la compagnie de construction du barrage avait annoncé l’an dernier sa volonté d’amener progressivement les tribus à ‘passer d’une agriculture irriguée par les crues naturelles à des systèmes agricoles plus modernes’.

Un tel changement imposé, écartant la solution de crue artificielle déjà inadéquate, sans aucune garantie de moyens alternatifs de survie, s’avérera probablement désastreux.

Un chasseur-cueilleur kwegu a déclaré : ‘Nous dépendons des poissons, ils sont notre bétail. Si les crues de l’Omo disparaissent, nous mourrons’.

Le gouvernement éthiopien a par ailleurs affecté 180 000 hectares de terres de la vallée de l’Omo à l’investissement agricole dont certaines se trouvent sur les territoires des tribus nyangatom, karo et mursi.

Les tribus n’ont pas été consultées sur ce barrage, ni sur les changements qu’il impliquera sur leur mode de vie ou sur l’octroi de concessions situées sur leur territoire à des investisseurs étrangers, violant ainsi la Constitution éthiopienne.

La Banque européenne d’investissement et la Banque africaine de développement ont toutes deux décidé de ne pas financer le barrage. Si les banques chinoises de commerce et d’industrie et Exim financent déjà certaines parties du projet, l’Ethiopie a besoin de trouver de nouveaux financements. Le gouvernement italien étudie actuellement la possibilité d’investir dans le barrage et l’Ethiopie est récemment devenue le plus important bénéficiaire de l’aide au développement britannique avec un engagement de 2 milliards de dollars sur quatre ans.

Survival International, International Rivers, la Campagne pour la réforme de la Banque mondiale, Counterbalance Coalition et Friends of Lake Turkana se sont associées pour lancer la pétition qui appelle le gouvernement éthiopien à ‘suspendre le projet du barrage de Gibe III sur la rivière Omo tant que les peuples affectés par ce projet n’auront pas donné leur consentement libre, préalable et informé’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Si le gouvernement endigue les eaux des tribus de la vallée de l’Omo et octroie leurs terres à des étrangers, elles ne survivront pas. Le gouvernement est en train de promouvoir l’industrialisation à outrance aux dépens des peuples les plus vulnérables du pays’.

Quelques banques et compagnies impliquées dans la construction du barrage de Gibe III:

Salini Costruttori (Italie) – principal constructeur du barrage

Harsco (Etats-Unis) – fournisseur d’équipements

Dongfang Electric Corporation (Chine) – travaux hydroélectriques

ICBC (Banque chinoise)

EXIM (banque chinoise)

Communiqué survivalfrance