Joachim Noah rejoint les Chicago Bulls

Joachim Noah a été choisi par les Chicago Bulls, jeudi soir, lors de la draft NBA. Son futur entraîneur espère qu’il apportera son énergie et son enthousiasme à la franchise de l’Illinois, ce dont le basketteur, qui promet d’améliorer son jeu offensif, ne doute pas.

Pour Joachim Noah, ce sera finalement les Chicago Bulls. Le basketteur a été choisi par la franchise de l’Illinois, jeudi soir, lors de la draft NBA [[Bourse annuelle de joueurs durant laquelle chacune des 30 équipes NBA sélectionne à tour de rôle un joueur issu de l’université, du lycée ou de l’étranger]], une équipe rendue célèbre par Michael Jordan et qui a contribué à la fin des années 1990, avec les Los Angeles Lakers de « Magic Johnson », à populariser ce sport dans le monde.

L’ailier des Florida Gators a eu moins d’influence dans le titre universitaire remporté cette année par son équipe qu’il n’en avait eu en 2005-2006. Il avait alors été élu meilleur joueur des finales et était promis à une première place dans la draft. Jeudi, Joachim a néanmoins été choisi à une très respectable neuvième position, ce qui en fait le Français le mieux placé de l’histoire de la draft – Tony Parker l’avait été à la 28e. « J’étais stressé au fur et à mesure de la soirée. Puis, j’ai entendu mon nom, a-t-il déclaré après avoir été nommé. Quel soulagement. Je me sens si heureux. C’est fantastique !»

Fan des New York Knicks

Il y a quelques semaines, rappelle L’Equipe, le volubile jeune homme, âgé de 22 ans, avait confié avoir toujours détesté les Bulls et Michael Jordan en raison de leur propension à systématiquement éliminer son équipe préférée, les New York Knicks, dans la course au titre. Erreur très vite corrigée ce jeudi : « Je respectais énormément Michael Jordan. Pour moi, il reste le meilleur joueur de l’histoire. Maintenant, j’ai hâte de revenir au Madison Square Garden pour jouer contre les Knicks.»

Il retrouvera par ailleurs de nombreux joueurs dont il confie au Chicago Tribune être le plus grand fan : « Ben Wallace ! Il me tarde de jouer avec Ben Wallace. C’est fantastique. Je suis également un grand fan de Luol Deng et Ben Gordon… C’est un grand groupe, une équipe qui va remporter de nombreux matchs. »

Une faiblesse offensive mais un mental hors du commun

Son futur entraîneur, John Paxson, ex partenaire de Michael Jordan, lui reconnaît une faiblesse offensive mais insiste sur ses qualités athlétiques – ses 2,11 m ne l’empêchent pas d’être vif – ainsi que sur son mental, qui rappelle celui de son tennisman de père. « C’est un gagnant. Il donne tout à chaque match, a-t-il expliqué au quotidien chicagoans. Nous comprenons quelles sont les préoccupations d’un point de vu offensif. Mais avec son énergie et son enthousiasme sur le terrain, nous pensons qu’il va parfaitement s’acclimater avec nous. »

« Je sais que je dois améliorer mon jeu offensif » et « je vais relever le défi », renchérit le nouvel ailier des Bulls. Insistant lui aussi sur sa confiance et son mental : « détester perdre signifie que vous voulez travailler dur et progresser. Je pense que c’est réellement plus important que les données individuelles. Il y a des joueurs meilleurs que moi sur lesquels je peux prendre le meilleur, assure-t-il, car je déteste perdre ».