Jacques Bonjawo raconte ses années à Microsoft

Un ingénieur informaticien camerounais, Jacques Bonjawo, ancien président de l’Université virtuelle africaine (UVA), raconte dans un livre intitulé, Mes années Microsoft – un Africain chez Bill Gates, qui vient de paraître en France, ses dix années au siège du fabricant américain de logiciels Microsoft.

Intitulé Mes années Microsoft – un Africain chez Bill Gates, le livre de 270 pages réparties en 14 chapitres explique comment le jeune informaticien camerounais a pu entrer chez le numéro mondial du logiciel, puis à gravir des échelons jusqu’à devenir « Senior Manager » avant son départ volontaire.

« Ce livre a été suscité par la jeunesse africaine qui m’interroge constamment sur mon parcours. Je voulais dire aux jeunes que ma trajectoire a été tout sauf rectiligne, afin de les encourager à croire en leurs chances de faire la carrière de leur choix », a expliqué l’informaticien camerounais, en présentant son livre à la presse.

« Tout devient possible lorsqu’on y met de la détermination et de la persévérance, voilà tout », a affirmé l’auteur de Mes années Microsoft – un Africain chez Bill Gates publié par les éditions Comos aux Etats-Unis.

L’informaticien camerounais, actuellement Président-directeur général de Genesis Futuristic Technologies, une start-up de la Silicon Valley aux Etats-Unis, a également précisé qu’il porte dans son livre un regard critique sur les nouvelles orientations de Microsoft.

« les Africains doivent devenir eux aussi des producteurs de logiciels »

« Cette entreprise sous Bill Gates a créé en son sein les conditions optimales d’épanouissement d’un ingénieur. Jamais je n’avais imaginé pouvoir me retrouver un jour dans un carré avec des gens si intelligents, si créatifs et productifs. C’était absolument inédit », a dit M. Banjawo qui a nuancé l’action du fabricant de logiciels américain en Afrique.

« Dans le même temps, je commence à être sceptique quant aux nouvelles orientations de la firme. Elle se transforme peu à peu en une marketing company », a-t-il souligné.

« Résultat: même le programme Microsoft que j’ai lancé en Afrique pour autonomiser les Africains a pris une autre orientation et ce n’est pas ma vision. J’entends poursuivre, fût-ce en franc-tireur, ma croisade en faveur de l’adoption des Téchnologies de l’information et de la communication (TIC) pour contribuer au développement véritable de l’Afrique », s’est engagé l’informaticien camerounais

Il a estimé que « les Africains doivent devenir eux aussi des producteurs de logiciels et pas seulement des consommateurs ».

« Je voudrais mettre mon expérience au service de l’Afrique. Aujourd’hui, pas demain, car la passion de ma vie c’est l’action », a encore dit Jacques Bonjawo.

Aujourd’hui âgé de 46 ans, Jacques Bonjawo a commencé sa carrière chez Philips aux Pay-Bas avant de rejoindre le géant américain de logiciels en 1997 qui lui avait confié le lancement en 2004 du Programme Microsoft IT Academy couvrant 46 Etats africains. Il est l’auteur de deux livres dont L’Afrique du XXIè siècle publié en 2005 par les éditions Karthala à Paris et Internet une chance pour l’Afrique.

A lire aussi :

 8323