J.O. de Pékin : Vencelas Dabaya décroche l’argent en haltérophilie

Vencelas Dabaya a remporté la médaille d’argent en haltérophilie (moins de 69 kg) derrière le Chinois Hui Liao, ce mardi, lors des Jeux Olympiques de Pékin. Le Franco-Camerounais termine devant l’Arménien Tigran Gevorg Martirosyan, qui a pris la médaille de bronze.

Belle performance de Vencelas Dabaya devenu ce mardi à Pékin (Chine) vice-champion olympique d’haltérophilie en moins de 69 kg derrière le Chinois Hui Liao. Le Franco-Camerounais a échoué à soulever 197 kilos à l’épaulé-jeté qui lui aurait permis de remporter l’or mais termine sur le podium devant l’Arménien Tigran Gevorg Martirosyan, qui a pris la médaille de bronze.

On ne peut parler de déception pour Vencelas Dabaya. Cette place de second est une progression par rapport au J.O. d’Athènes (2004), où il avait terminé cinquième, mais néanmoins il doit y avoir un peu de frustration. Champion du monde 2006 de la catégorie, il était logiquement un des favoris de l’épreuve, surtout depuis le forfait surprise de Zhang Guozeng, le leader de l’équipe chinoise. Mais c’est un autre représentant du pays hôte qui lui a ravi la vedette. Hui Liao a, en effet, soulevé 348 kilos, 158 kilos à l’arraché et 190 kilos à l’épaulé-jeté contre 158 et 187 pour le Franco-Camerounais.

La disparition des champions bulgares et grecs, notamment à la suite du renforcement des contrôles anti-dopage, a permis de faire un grand ménage et l’haltérophilie, comme le cyclisme, est en train de se refaire une image. Mais, comme le disait Dabaya dans une interview au journal Le Monde, « ceux qui ne se font pas prendre c’est qu’ils sont bien dopés ou qu’ils sont propres, on ne peut pas savoir »…. Dans ce tournoi ou de nombreux compétiteurs se tenaient à peu de chose, une médaille d’argent est malgré tout une réussite : c’est la première médaille de la France dans la discipline depuis 32 ans !

Le parcours d’un Franco-Camerounais

A l’époque où Vencelas Dabaya avait terminé cinquième aux Jeux d’Athènes, il portait les couleurs du Cameroun. Né en 1981 à Yaoundé, c’est au pays des Lions Indomptables que Dabaya a découvert l’haltérophilie. Mais, en 1999, il est venu en France et c’est là qu’il a pu bénéficier des conditions optimales à son épanouissement d’athlète. Naturalisé en 2004, après les Jeux d’Athènes, il est désormais militaire au Centre national des sports et de la défense.

A 27 ans, la carrière de Vencelas Dabaya n’est pas terminée, il peut encore rêver d’or pour les prochaines olympiades. Pour la France et pour l’honneur du Cameroun.